La bourse ferme dans 2 h 28 min
  • CAC 40

    5 895,84
    -40,58 (-0,68 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 396,47
    -36,98 (-1,08 %)
     
  • Dow Jones

    29 926,94
    -346,93 (-1,15 %)
     
  • EUR/USD

    0,9760
    -0,0035 (-0,36 %)
     
  • Gold future

    1 700,20
    -20,60 (-1,20 %)
     
  • BTC-EUR

    20 135,68
    -713,85 (-3,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    446,86
    -16,27 (-3,51 %)
     
  • Pétrole WTI

    88,79
    +0,34 (+0,38 %)
     
  • DAX

    12 361,39
    -109,39 (-0,88 %)
     
  • FTSE 100

    6 977,53
    -19,74 (-0,28 %)
     
  • Nasdaq

    11 073,31
    -75,33 (-0,68 %)
     
  • S&P 500

    3 744,52
    -38,76 (-1,02 %)
     
  • Nikkei 225

    27 116,11
    -195,19 (-0,71 %)
     
  • HANG SENG

    17 740,05
    -272,10 (-1,51 %)
     
  • GBP/USD

    1,1144
    -0,0025 (-0,22 %)
     

Mission Artemis: pourquoi le retour sur la Lune n'est pas encore gagné

NASA/Steve Seipel

La mission inhabitée vers la Lune Artemis 1, prévue cet après-midi, a été reportée suite à un problème de moteur sur la fusée géante SLS. Un exemple des multiples obstacles qui restent à franchir avant de refouler le sol lunaire. Gros plan sur 5 défis majeurs.

Le monstre ne décollera pas aujourd'hui. Le lanceur géant SLS, développé par la Nasa et Boeing, de Cape Canaveral pour son vol inaugural. Ce géant surpuissant, d’un poids au décollage de 2.600 tonnes et d’une centaine de mètres de hauteur, devait mettre sur orbite une capsule inhabitée, Orion, qui devait faire le tour de la Lune, et revenir amerrir dans 42 jours dans l’océan Pacifique. Le décollage attendra finalement encore un peu : suite à la détection d'un problème de moteur, le tir a été reporté par la Nasa. Les prochaines dates possibles sont les 2 et 5 septembre, à condition évidemment que le problème soit réglé avant.

Ce report symbolise parfaitement le défi monumental que représente le programme Artemis, qui vise un retour des astronautes américains sur le sol lunaire à l'horizon 2025. 53 ans après Apollo 11, retourner sur la Lune, malgré des moyens de calcul incomparablement plus performants, reste un challenge énorme. D'autant que cette mission Artemis 1 n'est qu'un avant-goût des difficultés à venir. Gros plan sur les cinq grands défis du programme d’exploration le plus ambitieux depuis Apollo.

1. Un calendrier ultra-tendu

Le calendrier initial, imposé par Donald Trump en 2019, prévoyait le retour des astronautes américains sur la Lune dès 2024, soit quatre ans avant l’objectif initial de la Nasa (2028). Une chose est sûre : cet objectif ne sera pas tenu. Le vol prévu aujourd’hui, Artemis 1, a déjà du retard par rapport aux plans initiaux : il devait à l’origine avoir lieu en 2021. Le calendrier des deux prochaines missions apparaît tout aussi tendu : Artemis 2, est annoncé pour 2024, mais la date pourrait glisser. Idem pour Artemis 3, prévu au mieux en 2025, qui doit marquer le retour des astronautes américains sur le sol lunaire.

La cause ? Entre autres, les exigences de certification de l’atterrisseur lunaire ou des combinaisons spatiales, mais aussi les impondérables sur un projet de cette envergure. "Nous anticipons que la Nasa va décaler de plu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi