La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 865,90
    -50,40 (-2,63 %)
     
  • BTC-EUR

    21 614,08
    -104,51 (-0,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Miss France : le concours gagne en justice face à une association féministe

Getty Images/Foc Kan

Les Miss France obtiennent gain de cause. La justice française a débouté vendredi l'association "Osez le féminisme", qui arguait que le concours "Miss France", dont elle dénonce le caractère "sexiste" et "discriminatoire", contrevenait au droit du travail. Les militantes d'"Osez le féminisme" avaient entamé en octobre 2021 cette procédure devant la justice du travail, estimant que les organisateurs du concours imposaient des clauses discriminatoires aux jeunes candidates - comme le fait de mesurer au moins 1,70 m ou d'être "représentatives de la beauté".

Le Conseil des prud'hommes de Bobigny, en région parisienne, a reconnu "l'existence d'un travail et d'un processus de recrutement" dans la sélection des candidates au concours de beauté, a observé "Osez le féminisme" dans un communiqué. Pour autant, les prud'hommes ont rejeté les autres demandes des militantes féministes, une "décision intolérable qui fait perdurer un processus de recrutement discriminatoire et illégal", a regretté l'association, qui dit attendre de prendre connaissance de la motivation de la décision avant de faire éventuellement appel.

L'association contestait en outre la nature du lien juridique entre les organisateurs et les candidates : depuis l'an dernier, celles-ci signent un contrat de travail avec la production du spectacle, en tant que "mannequins". Les militantes estiment que ce contrat devrait commencer non pas trois jours avant l'élection, mais dès les sélections régionales.

Lors de l'audience, en (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Plus de la moitié des Français ont du mal à se faire soigner
"Jackpot" à vie : pourquoi le salaire de hauts fonctionnaires fait scandale en Belgique
Guerre en Ukraine : les Etats-Unis fournissent une nouvelle aide militaire à Kiev
Justice : Eric Dupont-Moretti arrivera-t-il à réduire les délais d'attente de moitié dans les tribunaux ?
Voici combien de voitures radars flashent sur les routes de France