La bourse ferme dans 38 min
  • CAC 40

    5 809,01
    -0,72 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 698,94
    -8,78 (-0,24 %)
     
  • Dow Jones

    31 442,30
    +50,78 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,2069
    -0,0019 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 707,20
    -26,40 (-1,52 %)
     
  • BTC-EUR

    41 946,09
    +771,11 (+1,87 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 012,73
    +24,64 (+2,49 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,28
    +1,53 (+2,56 %)
     
  • DAX

    14 026,85
    -12,95 (-0,09 %)
     
  • FTSE 100

    6 646,51
    +32,76 (+0,50 %)
     
  • Nasdaq

    13 204,16
    -154,63 (-1,16 %)
     
  • S&P 500

    3 851,79
    -18,50 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 880,42
    +784,56 (+2,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,3938
    -0,0018 (-0,13 %)
     

La mise en garde d'un médecin réanimateur : "Le variant anglais est de plus en plus fréquent"

·1 min de lecture

Les Français ne seront probablement pas reconfinés cette semaine, si reconfinement il y a. Le président de la République a décidé de temporiser et de se laisser du temps avant de décider d'un éventuel troisième confinement, notamment pour observer les effets de la généralisation du couvre-feu à 18 heures sur les chiffres de l'épidémie de Covid-19. Mais certains soignants estiment néanmoins que le gouvernement perd trop de temps et qu'il serait urgent de prendre des mesures dès maintenant, comme Jean-François Timsit, chef du service de réanimation à l'Hôpital Bichat à Paris, qui était invité mercredi d'Europe Matin.

"La situation épidémiologique n'est pas bonne. Il y a manifestement plus de nouveaux cas que de cas guéris, et de plus en plus de patients dans les réanimations", a déclaré le professeur Jean-François Timsit. "Chez nous, le nombre de patients Covid augmente de 10% environ chaque semaine. On est en train de rouvrir des lits", explique-t-il.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation mercredi 27 janvier

Ces nouveaux patients seraient pour la plupart touchés par le variant anglais, plus contagieux que la souche qui circulait jusqu'à présent en Europe, est susceptible d'être à l'origine d'une troisième vague de contaminations en France. "Grosso modo, le variant anglais représentait 1% de nos patients il y a dix jours. À l'heure actuelle, sur les huit derniers malades que j'ai reçus, j'en ai cinq qui ont un variant qui est probablement le var...


Lire la suite sur Europe1