Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 526,55
    +98,03 (+1,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 523,31
    +49,54 (+1,11 %)
     
  • Dow Jones

    36 247,87
    +130,49 (+0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,0764
    -0,0034 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 020,80
    -25,60 (-1,25 %)
     
  • Bitcoin EUR

    40 666,24
    +312,23 (+0,77 %)
     
  • CMC Crypto 200

    914,81
    +18,10 (+2,02 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,26
    +1,92 (+2,77 %)
     
  • DAX

    16 759,22
    +130,23 (+0,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 554,47
    +40,75 (+0,54 %)
     
  • Nasdaq

    14 403,97
    +63,98 (+0,45 %)
     
  • S&P 500

    4 604,37
    +18,78 (+0,41 %)
     
  • Nikkei 225

    32 307,86
    -550,45 (-1,68 %)
     
  • HANG SENG

    16 334,37
    -11,52 (-0,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,2551
    -0,0043 (-0,34 %)
     

"Ils ont mis un pistolet sur la tête de mon fils": Guillaume Pley raconte son home-jacking en 2021

L'animateur Bruno Guillon a été cambriolé dans la nuit de mardi à mercredi par quatre hommes qui l'ont menacé d'une arme et ont ligoté sa femme dans la chambre de leur fils de 14 ans qui était présent. Les quatre auteurs sont repartis avec des montres, des bijoux et des sacs de luxe.

Guillaume Pley, également animateur télé et radio, a lui aussi été victime de "home-jacking". Invitée de BFMTV ce mercredi, il raconte qu'en juillet 2021, trois hommes sont entrés dans son domicile, où se trouvaient sa femme, son fils de sept mois et la nounou de ce dernier.

"Cagoulés avec des armes à feu"

Guillaume Pley, lui, venait de quitter la maison. "J'avais annoncé sur les réseaux sociaux que je partais au festival de Cannes", explique-t-il. L'animateur raconte également que les malfaiteurs avaient fait auparavant "trois mois de repérage" autour du logement, et qu'ils avaient notamment repéré une de ses montres sur une photo publiée en ligne.

Les trois hommes sont entrés vers 9h du matin, "cagoulés avec des armes à feu". Guillaume Pley raconte qu'ils ont braqué les trois personnes présentes dans la maison. Le "home-jacking" a duré au total seize minutes.

"Ma femme ne s'est jamais remis de cette image de l'enfant avec l'arme sur la tête", affirme-t-il.

Les enquêteurs, grâce à la téléphonie et des traces ADN, ont retrouvé les agresseurs. Ils ont été condamnés entre cinq et dix ans de prison ferme.

Article original publié sur BFMTV.com