Marchés français ouverture 1 h 38 min
  • Dow Jones

    33 876,97
    +586,89 (+1,76 %)
     
  • Nasdaq

    14 141,48
    +111,10 (+0,79 %)
     
  • Nikkei 225

    28 868,16
    +857,23 (+3,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,1902
    -0,0023 (-0,19 %)
     
  • HANG SENG

    28 476,92
    -12,08 (-0,04 %)
     
  • BTC-EUR

    27 599,08
    -1 176,83 (-4,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    791,11
    -59,23 (-6,97 %)
     
  • S&P 500

    4 224,79
    +58,34 (+1,40 %)
     

Mis à pied par La Redoute pour avoir mangé une clémentine, il obtient gain de cause

·1 min de lecture

L'affaire avait fait grand bruit en 2017. Un salarié du groupe de vente par correspondance, La Redoute, avait été mis à pied une journée pour avoir mangé une clémentine. Deux ans après, en 2019, il demandait le remboursement de sa journée de mise à pied qu'il estimait alors "injustifiée". Tout avait commencé avec des épluchures retrouvées près de son poste de travail et en dehors de son temps de pause. Pour sa défense, l'homme disait avoir profité d'une micro-panne pour s'être reculé et mangé le fruit… défendu. Comme il n'y avait pas de poubelle à sa disposition, il aurait pris avec lui les épluchures et les avait posées sur son poste de travail, c'est à ce moment-là qu'une agent de maîtrise l'a repéré.

Deux versions se contredisaient donc, la société affirmant qu'il avait mangé à son poste de travail. Malheureusement pour lui, en novembre 2019, le conseil de Prud'hommes avait débouté le salarié qui constatait sa mise à pied. Jugeant cette décision "scandaleuse" et "disproportionnée", il avait décidé de faire appel. Et cet appel a porté ses fruits, deux ans plus tard, nous apprend Le Parisien, puisque le salarié, également délégué CGT, a gagné devant la cour d'appel de Douai. Il contestait les faits alors "qu'aucune autre sanction ne lui avait été infligée et qu'il bénéficie d'une ancienneté remontant à septembre 2014".

>> A lire aussi - La justice confirme qu'il est interdit de manger une clémentine à La Redoute

Si la Cour d'appel a reconnu que le salarié "n'a pas respecté les (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'objectif ambitieux de la SNCF pour les dix années à venir
Seize ans plus tard, la date de réouverture de La Samaritaine est connue
Roumanie : l'avion de l'ancien dictateur Ceausescu vendu pour une rondelette somme
Renault : 2.000 emplois à la clé dans le Nord pour produire des batteries électriques
Taux d’intérêt, Bourse… “le retour à la vie normale sonnera la fin des excès !”

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles