La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 719,43
    +492,40 (+1,40 %)
     
  • Nasdaq

    15 686,92
    +461,76 (+3,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 455,60
    +528,23 (+1,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1269
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    23 983,66
    +634,28 (+2,72 %)
     
  • BTC-EUR

    44 531,33
    -801,80 (-1,77 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 308,39
    -12,89 (-0,98 %)
     
  • S&P 500

    4 686,75
    +95,08 (+2,07 %)
     

"Minuit moins une", le monde face à l'urgence climatique à la COP26

·2 min de lecture

Des attentes immenses, à la hauteur des désastres climatiques balayant la planète: après les "espoirs déçus" du sommet du G20, plus de 120 dirigeants du monde se retrouvent lundi à Glasgow, pressés de toutes part de faire plus et plus vite pour éviter le pire à l'humanité.

Des attentes immenses, à la hauteur des désastres climatiques balayant la planète: après les "espoirs déçus" du sommet du G20, plus de 120 dirigeants du monde se retrouvent lundi à Glasgow, pressés de toutes part de faire plus et plus vite pour éviter le pire à l'humanité.

"L'humanité a longtemps joué la montre sur le climat. Il est minuit moins une et nous devons agir maintenant", devrait leur dire le Premier ministre britannique Boris Johnson, hôte de cette cruciale COP26, selon des extraits de son discours diffusés par ses services.

Les observateurs espéraient que la réunion ce week-end à Rome des leaders du G20, qui représente près de 80% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, donnerait un fort élan à cette COP écossaise repoussée d'un an en raison du Covid-19.

Le G20 a bien réaffirmé à l'unisson l'objectif de limiter le réchauffement à +1,5°C par rapport à l'ère pré-industrielle -- plafond le plus ambitieux de l'accord de Paris--, ajoutant une ambition de neutralité carbone autour du milieu du siècle et la fin des subventions aux centrales à charbon à l'étranger. Mais cela n'a convaincu ni les ONG, ni l'ONU, ni le Premier ministre britannique.

"Je quitte Rome avec des espoirs déçus - même s'ils ne sont pas enterrés", a lancé dimanche le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres.

"Nous avons fait des progrès au G20 (...), mais ce n'est pas assez", a renchéri Boris Johnson avant de mettre en garde: "Si Glasgow échoue, c'est tout qui échoue".

Et les enjeux de cette conférence qui doit durer deux semaines sont nombreux, plus difficiles et explosifs les uns que les autres dans un contexte de pandémie mondiale qui a fragilisé les pays pauvres déjà vulnérables aux impacts du dérèglement climatique.

L'Inde attendue

D'abord l'ambition. Les engagements actuels des quelque 200 signataires de l'accord de Paris --s'ils étaient respectés-- mèneraient à un réchauffement "catastrophique" de 2,7°C selon l'ONU.

"J'espère qu'au sommet (de lundi et mardi), no[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles