La bourse ferme dans 4 h 35 min
  • CAC 40

    6 222,41
    +13,83 (+0,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 985,59
    +9,31 (+0,23 %)
     
  • Dow Jones

    33 730,89
    +53,62 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,1970
    -0,0013 (-0,11 %)
     
  • Gold future

    1 746,70
    +10,40 (+0,60 %)
     
  • BTC-EUR

    52 150,01
    -1 523,98 (-2,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 361,01
    -14,77 (-1,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,86
    -0,29 (-0,46 %)
     
  • DAX

    15 244,55
    +35,40 (+0,23 %)
     
  • FTSE 100

    6 967,12
    +27,54 (+0,40 %)
     
  • Nasdaq

    13 857,84
    -138,26 (-0,99 %)
     
  • S&P 500

    4 124,66
    -16,93 (-0,41 %)
     
  • Nikkei 225

    29 642,69
    +21,70 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    28 793,14
    -107,69 (-0,37 %)
     
  • GBP/USD

    1,3786
    +0,0005 (+0,04 %)
     

A Minneapolis, comment le "gentil géant" George Floyd a trouvé la mort plutôt qu'une seconde chance

Marie-Violette Bernard
·1 min de lecture

Pour George Floyd, Minneapolis devait être une "seconde chance". "Lorsqu'il est venu ici, il voulait se créer une vie meilleure, et il en prenait la direction", assure sa colocataire, Theresa Scott, à la chaîne ABC News*. Mais six ans après son arrivée dans cette ville du Minnesota, cet Afro-Américain de 46 ans est mort asphyxié sous le genou d'un policier blanc, le 25 mai 2020. Le procès de ce dernier, poursuivi pour homicide volontaire, s'ouvre à Minneapolis lundi 8 mars. Les proches de la victime et les manifestants du mouvement Black Lives Matter espèrent obtenir "justice pour George" à l'issue de cette procédure.

Selon sa famille, "Big Floyd" était "un gentil géant". De ceux "qui n'utilisent pas leur stature pour intimider ou prendre plus de place", rapporte Toluse Olorunnipa, journaliste au Washington Post et auteur d'un long portrait*. La personnalité et le sens de l'humour de cet Afro-Américain attiraient autant l'attention que sa carrure (il mesurait 1m98). "C'était un farceur, toujours en train de rire et de faire des blagues", raconte un camarade de lycée au New York Times*. "Il est décrit comme généreux, tourné vers les autres malgré ses propres difficultés, ajoute Toluse Olorunnipa. Mais il avait une personnalité complexe et une vie compliquée."

Rêves de gloire et déboires

George Perry Floyd Junior a grandi dans une grande précarité. Alors qu'il n'a que trois ans, sa mère quitte la Caroline du Nord, où sa famille est installée depuis des générations, pour (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi