La bourse ferme dans 4 h 2 min
  • CAC 40

    5 617,79
    +19,18 (+0,34 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 613,93
    +18,51 (+0,51 %)
     
  • Dow Jones

    30 930,52
    +116,26 (+0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,2114
    -0,0019 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 846,90
    +6,70 (+0,36 %)
     
  • BTC-EUR

    28 555,64
    +49,04 (+0,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    681,64
    -33,56 (-4,69 %)
     
  • Pétrole WTI

    53,69
    +0,71 (+1,34 %)
     
  • DAX

    13 885,66
    +70,60 (+0,51 %)
     
  • FTSE 100

    6 709,09
    -3,86 (-0,06 %)
     
  • Nasdaq

    13 197,18
    +198,68 (+1,53 %)
     
  • S&P 500

    3 798,91
    +30,66 (+0,81 %)
     
  • Nikkei 225

    28 523,26
    -110,20 (-0,38 %)
     
  • HANG SENG

    29 962,47
    +320,19 (+1,08 %)
     
  • GBP/USD

    1,3672
    +0,0038 (+0,28 %)
     

Des millions de PC sont infectés par des extensions de Chrome et Edge

Fabrice Auclert, Journaliste
·2 min de lecture

Très connu pour la qualité de son antivirus gratuit, Avast a découvert que les navigateurs Chrome et Edge étaient infectés d’une trentaine d’extensions vérolées. Au total, ce ne sont pas moins de trois millions d’internautes qui les ont téléchargées et, bien évidemment, il est conseillé de les désinstaller si c’est déjà le cas, et surtout de ne pas les télécharger car les dangers sont multiples.

Ainsi, les experts rapportent que ces extensions cachent des outils pour rediriger le trafic de l'utilisateur vers des publicités. Le but : faire de l’argent sur le dos des internautes en affichant des pages web et des bannières de publicités. C’est le moins dangereux. Mais le malware peut aussi rediriger vers des sites de phishing pour voler les données personnelles des utilisateurs telles que les dates de naissance, les adresses e-mail et les appareils actifs.

Le malware peut se déclencher plus tard...

Pire, ils ont identifié un code malveillant basé sur du Javascript qui permet aux extensions de télécharger d'autres logiciels malveillants sur le PC d'un utilisateur. « Notre hypothèse est que, soit les extensions ont été délibérément créées avec le malware intégré, soit l'auteur a attendu que les extensions deviennent populaires, puis a poussé une mise à jour contenant le malware », explique un chercheur d’Avast. Autre hypothèse : ces extensions populaires ont été vendues par leur créateur et des pirates les ont récupérées pour y intégrer des virus.

Le piège, c’est que ces extensions attirent l’internaute par leurs fonctions. L'une permet ainsi de récupérer des vidéos en provenance de Facebook, tandis qu’une autre propose de télécharger des stories d’Instagram. Le plus « piégeux » encore, c’est que le malware ne se déclenche qu’au bout de quelques jours. Pire, Avast a remarqué que le malware était capable de détecter le type d’activité de l’internaute.

Téléchargée plus d'un million de fois, cette extension est vérolée et pourtant toujours disponible. © Futura
Téléchargée plus d'un million de fois, cette extension est vérolée et pourtant toujours disponible. © Futura

Le virus...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura