Publicité
Marchés français ouverture 4 h 31 min
  • Dow Jones

    39 806,77
    -196,82 (-0,49 %)
     
  • Nasdaq

    16 794,88
    +108,91 (+0,65 %)
     
  • Nikkei 225

    39 124,97
    +55,29 (+0,14 %)
     
  • EUR/USD

    1,0858
    -0,0004 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    19 249,15
    -387,07 (-1,97 %)
     
  • Bitcoin EUR

    65 415,51
    +4 017,10 (+6,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 510,21
    +155,80 (+11,50 %)
     
  • S&P 500

    5 308,13
    +4,86 (+0,09 %)
     

Un millionnaire chinois, propriétaire de vignobles bordelais, condamné pour blanchiment

PLANCHARD ERIC / HEMIS

Le tribunal correctionnel de Paris a infligé une peine de trois ans de prison avec sursis et un million d’euros d’amende à Naijie Qu, fondateur du conglomérat Haichang. Il a également prononcé la confiscation de neuf châteaux et de créances.

C’est un jugement qui fera date. Le millionnaire chinois, Naijie Qu, fondateur du groupe Haichang et propriétaire de vignobles dans le Bordelais, vient d’être condamné à trois ans de prison avec sursis et un million d’euros d’amende, pour « blanchiment de détournement de fonds publics » et « abus de biens sociaux ». Le tribunal correctionnel de Paris a aussi décidé de lui confisquer neuf châteaux et trois créances, pour près de 24 millions d'euros. Il s’agit de la troisième plus grosse sanction dans une affaire de « biens mal acquis », après les condamnations de Teodorin Obiang, le fils du président guinéen, et de Rifaat el-Assad, l'oncle du président syrien.

Vague chinoise dans le Bordelais

Comme l’a déjà raconté Challenges, Naijie Qu a été le principal représentant de la vague de fortunes chinoises ayant déferlé sur le Bordelais à partir de la fin des années 2000, aux côtés de Jack Ma, le fondateur d’Alibaba. L’homme d’affaires de 63 ans détient, avec sa famille, le groupe Haichang, implanté à Dalian, dans la province de Liaoning, dont il est originaire. Les activités de ce vaste conglomérat privé vont du transport maritime aux parcs de loisirs en passant par la restauration ou le pétrole. A l’époque, le Chinois a l’ambition d’acheter une cinquantaine de propriétés dans l’Hexagone.

PUBLICITÉ

Lire aussiAlexis Mentzelopoulos succède à sa mère à la tête du Château Margaux

La première acquisition intervient en 2010 avec le rachat du château Chenu-Lafitte, qui sera rebaptisé Chenu-Lamont du nom de la nouvelle filiale française d’Haichang. Dans le même temps, Naijie Qu se rapproche de la Chambre de commerce et d’industrie de Bordeaux. Des voyages en Chine sont organisés et quatre contrats sont signés entre la CCI et Haichang, notamment pour l’organisation d’un festival du vin en 2012 et 2013. En quatre ans, Naijie Qu mettra finalement la main sur 27 châteaux, pour 66 millions d’euros, dont les propriétés historiques de Jonqueyres et Sogeant, qui seront saisies par la justice.

Détourne[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi