Publicité
Marchés français ouverture 18 min
  • Dow Jones

    39 411,21
    +260,88 (+0,67 %)
     
  • Nasdaq

    17 496,82
    -192,54 (-1,09 %)
     
  • Nikkei 225

    39 173,15
    +368,50 (+0,95 %)
     
  • EUR/USD

    1,0737
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    18 017,63
    -10,08 (-0,06 %)
     
  • Bitcoin EUR

    56 975,08
    -1 115,89 (-1,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 266,72
    +17,60 (+1,41 %)
     
  • S&P 500

    5 447,87
    -16,75 (-0,31 %)
     

"Un million de mecs vont se dire que je suis un enfoiré et un lâche" : accusé d’avoir abandonné son cameraman lors d’un bombardement, Jacques Cardoze sort du silence (VIDEO)

Capture d'écran C8

"La vérité, c’est qu’il m’a laissé tout seul dans le merdier". Contacté par Le Parisien pour évoquer sa collaboration avec Jacques Cardoze lors de la chute de Saddam Hussein en Irak en 2003, le JRI Roger Motte a vivement taclé l’ancien reporter de guerre et présentateur de Complément d’enquête. Sorti filmer les bombardements laissant derrière lui "Jacques Cardoze moins expérimenté et le chauffeur", Roger Motte aurait découvert à son retour vers la voiture que ses acolytes "n’étaient plus là". "Abandonner un camarade sur le terrain, ce n’est pas concevable même si on a peur", s’est agacé l’ancien JRI.

"(Roger Motte) est juste sorti plus vite que nous de la voiture. Chacun s’est abrité comme il pouvait (des bombardements). Et ensuite chacun a cherché l’autre", a assuré de son côté Jacques Cardoze au Parisien. Une version qu’il a de nouveau racontée mercredi soir dans Touche pas à mon poste (C8). "Il y eu un million de vues sur un tweet… Il y a un million de mecs qui vont se dire : « C’est un enfoiré et un lâche, il a lâché son cameraman en pleine guerre »", lance-t-il pour expliquer pourquoi il avait demandé à Cyril Hanouna de prendre la parole.

La version de Jacques Cardoze

Détaillant les conditions en Irak au moment des faits, Jacques Cardoze raconte ce qui s’est vraiment passé selon lui ce jour-là. "On est sur le pont. Là il y a un bombardement et une fusillade. Roger sort, il est à l’avant de la voiture à droite. Il veut filmer ce qui se passe à l’extérieur du véhicule. Moi je sors de l’autre côté avec les deux autres. Il y a un nuage de fumée entre nous, on ne se voit plus. C’est un moment où tu cours. Moi je pars d’un côté, lui de l’autre. Quand c’est passé, on attend chacun un moment. On ne se retrouve pas", affirme ainsi le nouveau chroniqueur de TPMP.

PUBLICITÉ

Démentant avoir abandonné son collègue, il clame que...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi