La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +16,85 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,90 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1967
    +0,0054 (+0,45 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    -23,10 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    14 486,21
    +156,20 (+1,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    333,27
    -4,23 (-1,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,53
    -0,18 (-0,39 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +49,11 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +111,44 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,40 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,23 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3313
    -0,0044 (-0,33 %)
     

"Un million" de Français sont potentiellement malades du coronavirus, selon Olivier Véran

·1 min de lecture

Au lendemain de l'allocution d'Emmanuel Macron qui a annoncé un reconfinement, le ministre de la Santé Olivier Véran a insisté sur l'urgence de la mesure. Selon lui, ce sont environ un million de Français qui seraient porteurs, et donc "potentiellement transmetteurs", du Covid-19.

Le coronavirus semble maintenant hors de contrôle sur le territoire. Selon le ministre de la Santé Olivier Véran, on peut estimer à "un million" le nombre de Français actuellement porteurs du nouveau coronavirus, a-t-il annoncé sur franceinfo. "Nous avons tenté par tous les moyens d'éviter le confinement" et "le couvre-feu a permis de freiner la diffusion du virus", mais "c'est une vague européenne qui est en train de s'abattre", a-t-il commenté.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation jeudi 29 octobre

Olivier Véran a défendu le reconfinement annoncé par le président Emmanuel Macron. "L'Etat est garant de la sécurité sanitaire des Français et prend ses responsabilités".

>> A LIRE AUSSI - Geoffroy Roux de Bézieux : "Fermer les commerces est une erreur, ils risquent la faillite"

Le ministre de la Santé a reconnu que la mesure précédente, le couvre-feu, avait été assez peu comprise, précisant tout de même : ""[Le confinement], ce n'est l'échec de personne. Le virus est un ennemi microscopique, invisible. Notre ennemi, c'est le virus". Un ennemi qui devient de plus en plus difficile à suivre et à contrer. Le gouvernement espère pouvoir dresser le bilan sur l'efficacité du confinement "au bout d'un mois", à la date de fin annoncée par Emmanuel Macron. Or selon les informations d'Europe 1, le gouvernement n'excluerait pas de prolonger le confinement pour une durée de 8 à 12 semaines.

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :