Un milliardaire ukrainien, recherché par Kiev, se paye un prestigieux hôtel particulier à Paris

AFP - JEFF PACHOUD

EXCLUSIF - Kostyantin Zhevago, accusé de détournement de fonds en Ukraine, a déboursé 35,5 millions d’euros pour s’acheter un hôtel particulier prestigieux, près des Invalides. Pour l’instant, la justice française refuse son extradition.

C’est un dossier pour le moins sensible, au cœur des relations diplomatiques entre l’Ukraine et la France. Le 30 mars, la Cour d’appel de Chambéry a refusé l’extradition du milliardaire ukrainien Kostyantin Zhevago, quatrième fortune du pays selon Forbes. Interpellé à Courchevel fin décembre, le propriétaire du groupe minier Ferrexpo est recherché par la justice ukrainienne en raison de soupçons de détournement de fonds et de blanchiment. Pour l’instant, Zhevago va donc pouvoir rester en France, où il s'est acheté un magnifique hôtel particulier, près des Invalides, dans le 7ème arrondissement de Paris, selon les informations de Challenges.

Inscrit aux monuments historiques, l’hôtel de Jarnac, de style néoclassique, a été bâti à la fin du 18ème siècle pour un entrepreneur des bâtiments du roi, qui le loue à Charles-Rosalie de Rohan-Chabot, comte de Jarnac. Passé entre les mains de la dynastie chocolatière Menier, l’hôtel est finalement acheté par la famille Primat, 40ème fortune française. Didier Primat, décédé en 2008, était le petit-fils de Marcel Schlumberger, fondateur de la multinationale de services pétroliers, qui s’appelle désormais SLB. Lors de l’arrivée de François Mitterrand au pouvoir en 1981, Didier Primat s’est exilé en Suisse avec ses huit enfants. Epinglée dans les Panama Papers, la famille est à la tête d’un colossal patrimoine immobilier. En mai 2022, le contenu de leur hôtel, essentiellement des meubles et des tableaux des 18ème et 19ème siècles, a été dispersé aux enchères chez Drouot.

Sociétés offshore

La vente définitive du bien a été conclue en août 2022 pour 35,5 millions d’euros. Challenges a pu remonter la piste de l’acquéreur, dissimulé derrière un dédale de sociétés offshore. La société civile immobilière (SCI) française créée pour acheter l’hôtel est détenue par une société chypriote Moroudon Investments Limited. En annexe des statuts de la SCI, il est toutefois fait mention d’un acte de vente conditionnelle signé fin 2021 entre Bérengè[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi