Publicité
La bourse ferme dans 1 h 52 min
  • CAC 40

    7 547,82
    +44,55 (+0,59 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 872,22
    +33,08 (+0,68 %)
     
  • Dow Jones

    38 466,73
    -122,43 (-0,32 %)
     
  • EUR/USD

    1,0722
    +0,0013 (+0,12 %)
     
  • Gold future

    2 338,30
    -10,80 (-0,46 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 971,07
    -1 150,89 (-1,85 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 369,70
    -18,46 (-1,33 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,07
    +0,62 (+0,79 %)
     
  • DAX

    18 055,41
    +53,39 (+0,30 %)
     
  • FTSE 100

    8 147,56
    +0,70 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    17 686,32
    -2,56 (-0,01 %)
     
  • S&P 500

    5 427,11
    -4,49 (-0,08 %)
     
  • Nikkei 225

    38 102,44
    -712,12 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 936,12
    -5,66 (-0,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2671
    -0,0015 (-0,12 %)
     

Un milliard de vaches menacées par le stress thermique d'ici 2100

La multiplication des élevages bovins et le réchauffement climatique annoncé pourraient exposer un milliard de vaches fermières au stress thermique d'ici la fin du siècle, selon une étude britannique.

Un milliard de vaches pourraient être touchées par le stress thermique d’ici 2100, selon une étude publiée dans la revue Environmental Research Letters par des chercheurs de l'Institute Of Physics (Londres, Royaume-Uni). Le stress thermique intervient lors d’une exposition à des chaleurs extrêmes faisant monter la température corporelle et pouvant avoir d’énormes conséquences sur les animaux d’élevages, souvent très exposés et mal protégés.

Un futur étouffant aussi pour les vaches

Dans cette étude, les chercheurs britanniques ont analysé comment l’évolution climatique pourrait impacter nos élevages bovins d’ici la fin du siècle. Un seuil spécifique a été défini pour permettre de savoir si une vache subit du stress thermique ou non en utilisant l’indice de chaleur. Ce dernier combine la température de l’air ambiant et l’humidité relative pour donner un taux : plus il est élevé et plus le risque augmente. Le seuil au-dessus duquel les bovins subissent des effets négatifs est de 68,8. Une fois ce seuil dépassé, cette valeur influe sur la mortalité des animaux, ainsi que la fertilité et la production de lait. Aujourd’hui, 77% des vaches fermières dans le monde excèdent ce taux environ 30 jours par an.

PUBLICITÉ

Les conséquences possibles à notre action environnementale d’ici 2100 sont placées dans deux scénarios distincts par les chercheurs (et établis par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, le Giec). Le premier, SSP1-2.6, envisage des émissions de gaz à effet de serre faibles, une hausse de la température de 2°C ainsi qu’une faible augmentation du nombre de vaches. Le second, SSP3-7.0, est plus pessimiste. Il prévoit de fortes émissions, une hausse de 4°C et une grosse augmentation du nombre de bovins.

Projection de la variation de température moyenne mondiale par rapport à la période 1850-1900 Crédit : Source : Giec, 1er groupe de travail, 2013
Projection de la variation de température moyenne mondiale par rapport à la période 1850-1900 Crédit : Source : Giec, 1er groupe de travail, 2013

Projection de la variation de température moyenne mondiale par rapport à la période 1850-1900. Source : Giec

Dans 80 ans, les vaches vivant dans des zones subtropicales (régions du globe où la chaleur n'est pas permanente comme entre les tropiques m[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi