Miles Air France : comment en tirer le maximum

Merci patron ! C’est ce que devraient dire les milliers de cadres qui, chaque année, utilisent pour partir en week-end ou en vacances les miles gagnés grâce à leurs voyages professionnels. Collectionner les vols sur Air France, pourtant, ne suffit pas : il faut gérer au plus près son programme Flying Blue pour espérer en tirer le maximum. Ce qui n’est pas une mince affaire, tant le mode d’emploi est compliqué. Il faut dire que la somme des billets gratuits potentiellement utilisables par les clients d’Air France finit par peser lourd (le phénomène est commun à tous les grands transporteurs). En juin 2012, la direction a ainsi provisionné 765 millions d’euros pour les futurs voyages gratuits. Soit une baisse de 17% en trois ans. Preuve que la compagnie essaie de réduire le coût de sa politique de fidélisation. On comprend donc pourquoi, calculette à la main, il faut dénicher des barèmes soigneusement cachés, comparer des billets entre eux, contacter le service clients, quand un vol disparaît mystérieusement du site de réservation… Nos conseils pour ne pas y passer vos nuits.

Comment fonctionne le programme Flying Blue ?
Le temps est loin où les programmes de fidélisation étaient simples et carrés : un mile parcouru donnait droit à un mile crédité sur sa carte de fidélité. Aujourd’hui, la longueur du vol est certes prise en compte, mais le prix du billet est le critère le plus déterminant. Ainsi, un même trajet donnera droit à un nombre de miles allant de un à douze en fonction du tarif. Pour compliquer encore l’affaire, le gain varie selon le statut du voyageur. Si celui-ci possède une simple carte Ivory, il ne recevra aucun mile en plus. Avec la Silver, la Gold ou la Platinum, il empochera entre 50 et 100% de miles en plus sur chaque vol. Le statut est déterminé par le nombre de miles perçus sur douze mois, y compris ceux qui auront été déjà utilisés pour acheter un billet, ou bien le nombre de vols effectués sur la période. ...

... Lire la suite sur capital.fr