La bourse ferme dans 5 h 41 min
  • CAC 40

    6 664,58
    +3,99 (+0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 919,40
    -1,50 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    33 597,92
    +1,58 (+0,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,0505
    -0,0009 (-0,08 %)
     
  • Gold future

    1 794,90
    -3,10 (-0,17 %)
     
  • BTC-EUR

    16 022,81
    -104,95 (-0,65 %)
     
  • CMC Crypto 200

    395,14
    -6,90 (-1,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,67
    +0,66 (+0,92 %)
     
  • DAX

    14 242,77
    -18,42 (-0,13 %)
     
  • FTSE 100

    7 481,87
    -7,32 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    10 958,55
    -56,34 (-0,51 %)
     
  • S&P 500

    3 933,92
    -7,34 (-0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    27 574,43
    -111,97 (-0,40 %)
     
  • HANG SENG

    19 450,23
    +635,41 (+3,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2162
    -0,0043 (-0,35 %)
     

Midterms au Sénat américain: ces quatre candidats-catastrophe de Donald Trump

Allison Joyce / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Les midterms, ces élections de mi-mandat qui punissent généralement la majorité au pouvoir, auraient pu se transformer le 8 novembre prochain en grand chelem pour les républicains. Mais s'ils risquent de perdre la Chambre des représentants, les démocrates ont de bonnes chances de conserver le Sénat, grâce à la médiocre performance des candidats soutenus par Trump.

Les midterms, à mi-chemin entre deux élections présidentielles, sont généralement cruelles pour un occupant de la Maison-Blanche: deux ans après son arrivée au pouvoir, ces élections où l'Amérique renouvelle toute la Chambre des Représentants et le tiers du Sénat sont l'occasion idéale pour les électeurs d'exprimer leur mécontentement à l'encontre du pouvoir en place, et elles mobilisent davantage le parti d'opposition que celui au pouvoir.

Les midterms du 8 novembre ne devraient pas faillir à la tradition: les démocrates sont presque assurés de perdre la majorité à la Chambre des Représentants. Mais au Sénat, où les deux grands partis ont chacun 50 élus (la vice-présidente Kamala Harris apportant sa voix aux démocrates en cas d'égalité des votes), , voire de renforcer sa majorité. Si les démocrates accomplissent cet exploit, .

Dans quatre Etats cruciaux, ce sont les candidats qu'il a appuyés qui ont remporté la primaire au sein du GOP (Grand old party, le surnom du parti républicain). Ils étaient inexpérimentés? Incompétents? ? Peu importe. Ils soutenaient sans faillir Trump, et ses jérémiades sur l'"élection volée" de 2020. Avec la base républicaine, cela a fonctionné; avec l'électorat en général, c'est un handicap qui risque de s'avérer fatal.

Cela n'enlève rien, par ailleurs, au danger que risquent de représenter les candidats de Trump à d'autres élections, notamment à des postes de gouverneurs ou de secrétaires d'Etat (chargés de la conduite des élections). Dans le lot, certains sont bien placés pour gagner, et ils seront aux premières loges en 2024 pour perturber gravement le fonctionnement des présidentielles, voire contester les résultats. Mais s'agissant du Sénat, les champions de Trump et de la chaîne Fox news, qui l'a secondé, sont de tellement mauvais candidats qu'ils se sont transformés en losers – ou pour parler plus poliment, comme Mitch McConnell, le leader de la minorité sénatoriale: le GOP a un problème de "qualité des candidats"... Tour d'horizon [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi