La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 336,67
    +27,16 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    12 779,91
    -74,89 (-0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    27 819,33
    -180,63 (-0,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,0325
    +0,0023 (+0,23 %)
     
  • HANG SENG

    20 082,43
    +471,59 (+2,40 %)
     
  • BTC-EUR

    23 443,00
    +204,70 (+0,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    573,13
    -1,61 (-0,28 %)
     
  • S&P 500

    4 207,27
    -2,97 (-0,07 %)
     

Des microalgues pour lutter contre le réchauffement climatique

Les microalgues, par définition, sont invisibles à l’œil nu. Elles mesurent à peine quelques dizaines de micromètres. Moins que le diamètre d’un cheveu. Et certaines font parler d’elles parce qu’elles produisent des toxines.

Mais les microalgues ne produisent pas que des toxines. Loin de là, même. Sur quelque 40.000 espèces actuellement identifiées dans le monde, moins d’une centaine semble fabriquer des substances toxiques. Pour les hommes ou pour la biodiversité marine. « D’autres microalgues, elles, produisent des molécules qui peuvent être intéressantes – les protéines, des lipides, des pigments, etc. », nous explique Guillaume Charpy, le CEO de la start-up CarbonWorks. D’autant plus intéressantes que ces microalgues sont photosynthétiques. Comprenez qu’elles fabriquent ces molécules à partir de dioxyde de carbone (CO2). Un peu comme si la nature nous offrait là autant de machines à recycler le CO2 que nous émettons dans l’atmosphère.

Les microalgues photosynthétiques sont comme des micro-usines qui capturent le CO2 pour fabriquer de la matière première. © CarbonWorks
Les microalgues photosynthétiques sont comme des micro-usines qui capturent le CO2 pour fabriquer de la matière première. © CarbonWorks

Capter le CO2 et le valoriser grâce à des microalgues

Bien sûr, vous le savez, ce CO2, c’est un problème. Parce qu’il est le principal responsable du réchauffement climatique que nous vivons actuellement. Alors tous les moyens de l’éliminer, de le neutraliser, semblent bons à prendre. Y compris, compte tenu de l’urgence dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui. Dans le cas présent, le captage et la valorisation du CO2. Ce que les experts appellent le CCU – pour Carbon Capture and Utilisation.

Une ressource alternative au carbone fossile

« Dans la vraie vie, c’est un peu compliqué. Mais le concept en lui-même est simple, poursuit Guillaume Charpy. L’industrie a besoin de carbone. Et plutôt que de récupérer toujours plus de carbone fossile – en extrayant du pétrole, notamment –, nous lui proposons une autre ressource. »

Pour se développer, les microalgues de CarbonWorks ont besoin de CO2« Ce CO2,...

> Lire la suite sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles