Marchés français ouverture 2 h 8 min
  • Dow Jones

    31 188,38
    +257,86 (+0,83 %)
     
  • Nasdaq

    13 457,25
    +260,07 (+1,97 %)
     
  • Nikkei 225

    28 740,60
    +107,14 (+0,37 %)
     
  • EUR/USD

    1,2142
    +0,0009 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    30 038,90
    +396,62 (+1,34 %)
     
  • BTC-EUR

    28 435,25
    -176,80 (-0,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    682,39
    -18,22 (-2,60 %)
     
  • S&P 500

    3 851,85
    +52,94 (+1,39 %)
     

Michelin prévoit jusqu'à 2 300 suppressions de postes pour devenir plus compétitif

·2 min de lecture

Les plans sociaux se sont multipliés depuis le début de la crise. Mais Michelin n'invoque pas le Covid-19 pour justifier des destructions d'emplois ce mercredi 6 janvier. Le groupe a annoncé qu'il allait supprimer jusqu'à 2 300 postes en France, sans départs contraints, dans le cadre d'un "plan de simplification et de compétitivité". Le pneumaticien vise "une amélioration de sa compétitivité pouvant aller jusqu'à 5% par an" pour les activités tertiaires et pour l'industrie, ce qui pourrait signifier "d'ici trois ans une réduction de postes pouvant aller jusqu'à 2 300", sur les 21 000 que compte Michelin en France.

Le groupe soumis à la concurrence des pneus à prix cassés a déjà supprimé près de 1 500 postes depuis 2017 dans le cadre de sa réorganisation, notamment à son siège historique de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) et aux Etats-Unis. Il a également fermé les sites de La Roche-sur-Yon (Vendée) et Bamberg en Allemagne. D'ici 2024, "près de 60% des départs envisagés se feraient sur la base de départs anticipés à la retraite et le reste par des départs volontaires accompagnés", dans le cadre de ruptures conventionnelles collectives (RCC), précise Michelin dans un communiqué.

De Clermont-Ferrand à Epinal en passant par Troyes, cette nouvelle réorganisation concerne "tous les sites français du groupe", a précisé à l'AFP Florent Menegaux, le président du groupe clermontois. "Michelin s'engage à recréer autant d'emplois qu'il y en aura de supprimé", a-t-il ajouté toutefois, l'entreprise prévoyant d'accompagner les territoires et d'accroître son activité dans divers domaines en parallèle de ce plan de simplification.

Le nombre de départs site par site sera précisé dans les prochains mois : la direction du groupe souhaite ouvrir "rapidement" des négociations avec les organisations syndicales autour d'un "accord-cadre d'une durée de 3 ans".

Le groupe est "confronté depuis une dizaine d'années à de profondes transformations structurelles du marché mondial du pneumatique, marqué (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les tarifs bancaires 2021 vont 'du simple à plus du double', selon CLCV
Tesla vaut pour la première fois plus de 700 Mds$ en Bourse et se rapproche de Facebook
Carrefour, Monoprix... Ces enseignes s'allient avec Too Good To Go pour écouler leurs stocks de produits de fêtes
Fatburger, la chaîne de fast-food américaine aux burgers à 2 000 calories, arrive en France
Kylian Mbappé n'est plus le joueur de football le plus cher au monde