La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,64 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    -0,0099 (-0,81 %)
     
  • Gold future

    1 733,00
    -42,40 (-2,39 %)
     
  • BTC-EUR

    36 981,86
    -2 269,81 (-5,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    912,88
    -20,25 (-2,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,66
    -1,87 (-2,94 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,92 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3922
    -0,0091 (-0,65 %)
     

Michaël Youn : "60.000 personnes sont mortes, je ne vais pas me plaindre pour mon film"

·1 min de lecture

Michaël Youn entame l'année 2021 avec le retour du Morning Night sur M6. Mais c'est en 2020 qu'il aurait dû rassembler les Français devant un écran, avec la sortie de son nouveau film Divorce club. D'abord prévu pour mars 2020 et puis sorti dans l'année, le film avait décroché le Grand Prix du festival du film de comédie de l'Alpe d'Huez. Michaël Youn reconnaît mardi dans Culture Médias que son film a subi les conséquences de la crise sanitaire, mais explique qu'il n'est pas en droit de se plaindre.

>> Retrouvez Culture Médias en replay et en podcast ici

Divorce club n'a en effet réuni que 700.000 spectateurs, un chiffre modeste pour une comédie grand public. "On avait pris des récompenses à l'Alpe d'Huez. On était sur une superbe lancée, ça allait faire un carton" estime le réalisateur. Mais Michaël Youn estime que sa déception personnelle n'a pas lieu d'être face à la situation du pays. "Il y a 60.000 personnes qui sont mortes du Covid-19 en France", rappelle-t-il. "Donc est-ce que j'ai le droit de me plaindre pour des entrées au cinéma ? Non."

"Certains ouvrent un peu trop leur gueule à demander de rouvrir les cinémas"

Il estime d'ailleurs que certains acteurs du monde de la culture devrait mieux prendre en compte le risque sanitaire toujours présent. "Je trouve que certains de mes camarades ouvrent un peu trop leur gueule en ce moment à demander de rouvrir les salles de cinéma et les théâtres", râle-t-il, avant d'appeler ses confrères à la patience.

"Je comprends leu...


Lire la suite sur Europe1