Marchés français ouverture 7 h 36 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 549,50
    +307,29 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • HANG SENG

    28 862,77
    +288,91 (+1,01 %)
     
  • BTC-EUR

    30 306,79
    -209,46 (-0,69 %)
     
  • CMC Crypto 200

    708,54
    -26,60 (-3,62 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

Michaël Dandrieux (Eranos): "Comme le digital, la RSE colonisera toutes les branches de l’entreprise"

·2 min de lecture

INTERVIEW - La transformation des entreprises est déjà en route. Il ne s’agit pas de choisir si on veut l’effectuer, mais de savoir à quelle vitesse, et avec quels partenaires, estime Michaël V. Dandrieux d'Eranos. Propos recueillis par Amandine Lepoutre, Présidente du think tank Thinkers & Doers

Michaël V. Dandrieux est sociologue, il appartient à la tradition de la sociologie de l’imaginaire. Co-fondateur du cabinet de conseil Eranos, il s'engage à réconcilier l'entreprise et la société. Il est enseignant à Sciences Po Paris, et Directeur éditorial des Cahiers européens de l'imaginaire (CNRS éditions) et répond pour Challenges aux questions de Thinkers & Doers.

Thinkers & Doers - Vous parlez de réconcilier l'entreprise avec la société. Pourtant, pendant le premier confinement, les sondages ont montré que les entreprises avaient bénéficié d'un regain de confiance des citoyens, de part le rôle solidaire qu'elles avaient spontanément joué (le maintien des emplois, la production de masques, de gels, par exemple). Pourquoi parler de réconciliation maintenant? Les deux sont-ils fâchés?

Michaël V. Dandrieux - La vieille discorde entre les entreprises et la société est plus ancienne et plus structurelle. Une étude (Ipsos, , 2019) montre que la confiance des consommateurs envers les entreprises chute de manière constante depuis les années 70. Regardons pour quelle raison.

D’un côté, les entreprises se sont dotées d’outils incroyablement performants pour exploiter des matières premières et en tirer de la valeur. Et de l’autre, la société développe d’innombrables programmes de sciences humaines pour se comprendre elle-même: les relations entre les gens, l’éducation, le bonheur, la pauvreté... comment vivons-nous ensemble. Mais ces efforts ne se rencontrent pas. Le résultat, c’est que les entreprises exploitent leur milieu, et qu’elles n’utilisent pas les outils existants pour comprendre les impacts de cette exploitation sur leur milieu.

On considère généralement que seules les corporations qui exploitent les matières de la terre sont dans cette situation. Quand on exploite une mine ou un gisement, on les épuise. Mais de nombreux modèles économiques reposent sur la même logique. Par exemple, si votre modèle repose sur l’exploitation des sols ou des océans, si c’est m[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi