Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 167,50
    -20,99 (-0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 064,14
    -8,31 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    40 003,59
    +134,21 (+0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0872
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    2 419,80
    +34,30 (+1,44 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 464,05
    -171,14 (-0,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,04
    -6,81 (-0,50 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,00
    +0,77 (+0,97 %)
     
  • DAX

    18 704,42
    -34,39 (-0,18 %)
     
  • FTSE 100

    8 420,26
    -18,39 (-0,22 %)
     
  • Nasdaq

    16 685,97
    -12,35 (-0,07 %)
     
  • S&P 500

    5 303,27
    +6,17 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 787,38
    -132,88 (-0,34 %)
     
  • HANG SENG

    19 553,61
    +177,08 (+0,91 %)
     
  • GBP/USD

    1,2706
    +0,0035 (+0,28 %)
     

Mexique : le volcan Popocatépetl crache ses cendres et menace les habitants

Armando Vega

La vigilance est de mise, autour de Mexico et sa région. Le volcan Popocatépetl, à 70 km au sud-est de la Capitale, continuait ce mercredi 24 mai à émettre du gaz et des cendres, d’après les autorités qui maintiennent un niveau d’alerte juste en dessous du seuil de danger maximal. Le volcan, qui culmine à 5 426 mètres, a aussi émis pendant la nuit précédente des matières incandescentes qui ressemblent à de la lave rouge, a constaté un photographe de l’AFP. Les cendres ont recouvert des voitures dans un village de l’État de Puebla.

À lire aussi Les spectaculaires images de l’éruption du volcan Kilauea

Deux explosions ont été enregistrées, ainsi qu’un séisme associé au mouvement des fluides à l’intérieur du volcan. Les autorités ont relevé dimanche le niveau d’alerte de « jaune 2 » à « jaune 3 », en raison d’une activité croissante du volcan qui avait conduit samedi à la fermeture pendant quelques heures des deux aéroports qui desservent la capitale Mexico. Il s’agit du niveau juste avant l’alerte rouge de danger maximum.

En sommeil pendant 70 ans

« Son intensité a diminué. Il émet moins de cendres », a déclaré le président Andres Manuel Lopez Obrador. « Nous nous tenons informés nuit et jour. Ne nous alarmons pas. Nous veillons au grain ». « Hier soir j’ai dormi un peu mieux que les trois derniers jours, quand les fenêtres de la maison vibraient », a raconté à l’AFP Francisca de los Santos, 56 ans, du village de Santiago Xalitzintla, exposé aux chutes de cendres....


Lire la suite sur ParisMatch