La bourse ferme dans 4 h 31 min
  • CAC 40

    6 252,36
    +18,22 (+0,29 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 008,61
    +15,18 (+0,38 %)
     
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • EUR/USD

    1,1993
    +0,0017 (+0,14 %)
     
  • Gold future

    1 776,00
    +9,20 (+0,52 %)
     
  • BTC-EUR

    50 466,24
    -2 233,34 (-4,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 343,67
    -37,28 (-2,70 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,40
    -0,06 (-0,09 %)
     
  • DAX

    15 377,47
    +122,14 (+0,80 %)
     
  • FTSE 100

    7 024,09
    +40,59 (+0,58 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3790
    +0,0006 (+0,04 %)
     

Le meurtrier de Sylvia, tuée en 1981, arrêté 40 ans après grâce à une canette de soda

·2 min de lecture

Un homme a été arrêté aux Etats-Unis pour un meurtre datant de 1981. Il a pu être confondu grâce à son ADN récupéré sur une canette de soda, dans ses poubelles.

Voilà quarante ans que Sylvia Quayle est morte. Après des décennies d’une enquête infructueuse, un homme de 62 ans a enfin été arrêté aux Etats-Unis, ont annoncé jeudi les autorités. La victime, âgée de 35 ans, avait été retrouvée nue chez elle à Cherry Hills Village, dans le Colorado. L’autopsie avait révélé qu’elle avait été étranglée, poignardée et touchée par balle. CBS rapporte qu’à l’époque des faits, en 1981, 140 éléments de preuves avaient été récupérés sur la scène du crime, sans toutefois parvenir à remonter jusqu’à un suspect.

En 1983, un morceau de tapis sur lequel semblait se trouver un «corps étranger» avait été découvert. Mais cet élément n’avait pu être analysé qu’à partir de 1995. Et c’est en 2000, 19 ans plus tard, qu’un profil ADN d’un homme avait enfin pu être dessiné. Il a encore fallu attendre plusieurs années pour que les progrès de la science permettent de faire avancer l’enquête. Comme pour beaucoup d’affaires ces dernières années, les enquêteurs ont fait appel à plusieurs sites de données généalogiques et génétiques, ouverts afin que n’importe qui puisse envoyer son ADN pour retrouver des proches ou des ancêtres. «Nous avons alors commencé à connecter à cette affaire des gens qui pouvaient être liés à l’individus que nous cherchions», a expliqué la police. «C’est un long travail, nous utilisons l'ADN, nous utilisons toutes sortes de journaux, des archives publiques, nous découvrons ces personnes et avec qui elles sont liées, et finalement nous remontons à un suspect», ont indiqué les autorités.

Le suspect arrêté dans le Nebraska

C’est là que les agents ont enfin identifié le suspect, David Anderson. Mais les preuves n’étaient pas encore suffisantes et la police avait besoin de comparer(...)


Lire la suite sur Paris Match