Marchés français ouverture 2 h 38 min
  • Dow Jones

    33 745,40
    -55,20 (-0,16 %)
     
  • Nasdaq

    13 850,00
    -50,20 (-0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 836,30
    +297,57 (+1,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,1893
    -0,0024 (-0,20 %)
     
  • HANG SENG

    28 727,53
    +274,25 (+0,96 %)
     
  • BTC-EUR

    50 846,90
    +132,86 (+0,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 291,45
    -3,13 (-0,24 %)
     
  • S&P 500

    4 127,99
    -0,81 (-0,02 %)
     

Meurtre de Khashoggi : Washington accuse MBS, mais ne le sanctionne pas

Source AFP
·1 min de lecture
Le rapport souligne que le prince saoudien, surnommé MBS, disposait d'un « contrôle absolu » des services de renseignements et de sécurité.
Le rapport souligne que le prince saoudien, surnommé MBS, disposait d'un « contrôle absolu » des services de renseignements et de sécurité.

Les États-Unis ont publiquement accusé vendredi 26 février le prince héritier d'Arabie saoudite d'avoir « validé » l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi et ont sanctionné certains de ses proches, sans aller jusqu'à punir le puissant dirigeant, dans l'espoir d'éviter la « rupture » avec cet allié clé. Riyad a « rejeté totalement les conclusions fausses et préjudiciables » du rapport des services de renseignements américains, tout en appelant de ses v?ux la poursuite d'un partenariat « solide et fort » avec Washington.

« Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a validé une opération à Istanbul, en Turquie, pour capturer ou tuer le journaliste saoudien Jamal Khashoggi », écrit le renseignement américain dans ce document de quatre pages, déclassifié à la demande du président Joe Biden alors que son prédécesseur Donald Trump l'avait gardé secret. Le rapport souligne que le jeune dirigeant, surnommé MBS, disposait d'un « contrôle absolu » des services de renseignements et de sécurité, « rendant très improbable » une telle opération sans son « feu vert ».

À LIRE AUSSILe rapport de la CIA qui fait trembler l'Arabie saoudite

Il contient une liste d'une vingtaine de personnes impliquées dans l'opération, dont l'ex-numéro deux du renseignement saoudien Ahmed al-Assiri, proche de MBS, et l'ex-conseiller du prince Saoud al-Qahtani, tous deux blanchis par la justice de leur pays.

Une interdiction d'entrée aux États-Unis pour 76 Saoudiens

Le g [...] Lire la suite