La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 600,66
    +54,17 (+0,83 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 126,70
    +30,63 (+0,75 %)
     
  • Dow Jones

    34 479,60
    +13,36 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,2107
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 879,50
    -16,90 (-0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    29 452,33
    -1 564,45 (-5,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    924,19
    -17,62 (-1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    70,78
    +0,49 (+0,70 %)
     
  • DAX

    15 693,27
    +122,05 (+0,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 134,06
    +45,88 (+0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 069,42
    +49,09 (+0,35 %)
     
  • S&P 500

    4 247,44
    +8,26 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 948,73
    -9,83 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,25 (+0,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,4117
    -0,0060 (-0,42 %)
     

Meurtre dans les Cévennes : cette altercation que Valentin Marcone aurait eue avec son employeur

·1 min de lecture

Que s'est-il passé le jour de la tuerie des Plantiers ? Le procureur de la République de Nîmes (Gard), Éric Maurel, a tenu une conférence de presse dimanche 16 mai 2021, à l'issue de l'audition du principal suspect, Valentin Marcone. Le magistrat a indiqué que la garde à vue du jeune homme de 29 ans - qui s'est rendu le vendredi 14 mai 2021 - serait levée en début d'après-midi, et qu'il serait déféré devant un juge d'instruction sous la qualification d'"assassinats", comme le montrent les images de BFMTV. À ce stade de la procédure judiciaire, "les éléments qui nous permettent de garder l'idée de préméditation sont multiples", a déclaré Éric Maurel, avant de revenir sur le contexte de ce drame survenu mardi 11 mai 2021, dans une scierie située dans les Cévennes.

Lors de sa prise de parole, Éric Maurel a précisé que Valentin Marcone "était muni d'une arme en venant sur son lieu de travail". Avant de souligner : "On se demande si elle n'était pas déjà prête au tir." Et de poursuivre : "Le matin du drame, l'intéressé nous dit qu'il a eu une altercation avec son employeur et un collègue de travail au sujet de ses conditions de travail, et notamment du paiement d'heures supplémentaires. Il y a eu un échange de mots très rapide entre lui et son employeur. Et comme c'était quelque chose qui, manifestement, le taraudait depuis quelque temps, (...) il s'est emparé de son arme." Selon le procureur de la République de Nîmes, "il a ouvert le feu à au moins trois reprises, voire peut-être à (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite