Marchés français ouverture 7 h 39 min
  • Dow Jones

    32 832,54
    +29,04 (+0,09 %)
     
  • Nasdaq

    12 644,46
    -13,14 (-0,10 %)
     
  • Nikkei 225

    28 249,24
    +73,34 (+0,26 %)
     
  • EUR/USD

    1,0200
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    20 045,77
    -156,13 (-0,77 %)
     
  • BTC-EUR

    23 430,05
    +569,54 (+2,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    559,83
    +16,96 (+3,12 %)
     
  • S&P 500

    4 140,06
    -5,13 (-0,12 %)
     

Meurtre de Bouchra Bouali : comment le féminicide d'Epinay-sur-Seine aurait pu être évité

·1 min de lecture
© AFP

Lorsqu'elle a appris le meurtre de Bouchra Bouali, le soir du 26 novembre à Epinay-sur-Seine, Ernestine Ronai a pleuré "de rage". La responsable de l'Observatoire départemental des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis, encore très émue, souffle : "On est tous atteints. On pensait qu'on l'avait sauvée." Eric Mathais, le nouveau procureur de Bobigny, parle, de son côté, d'un "échec collectif", ayant "affecté les magistrats" du département. Lui a prévu de conduire une analyse des raisons ayant conduit à ce drame. Car, insiste Ernestine Ronai, ce féminicide n'est pas l'histoire d'une femme passée sous les radars de la justice : "L'évaluation du danger a été correctement faite."

Khalid S., l'ex-mari de la victime, avait été condamné le 27 juillet à un an d'emprisonnement, dont six mois ferme pour des violences commises contre son épouse le 7 juin. Bouchra Bouali avait alors été équipée d'un téléphone grave danger (TGD), un portable avec un bouton d'alerte rapide pour joindre les secours. Quarante-cinq appareils de ce genre sont attribués dans le département selon le parquet (1969 dans tout le pays).

Elle ignorait qu'il avait bénéficié d'une remise de peine

Mais le soir de son décès, la mère de deux filles de 5 et 14 ans est rentrée du magasin de vêtements parisien où elle travaille sans son appareil, resté chez elle. Cette femme de 44 ans ignorait que son ex-conjoint avait bénéficié d'une remise de peine - il est sorti de la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne) m...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles