La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 286,99
    -106,76 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    14 071,73
    -102,41 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    29 441,30
    +279,50 (+0,96 %)
     
  • EUR/USD

    1,2130
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    28 638,53
    -203,60 (-0,71 %)
     
  • BTC-EUR

    33 019,84
    +44,73 (+0,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    997,48
    -13,13 (-1,30 %)
     
  • S&P 500

    4 246,22
    -8,93 (-0,21 %)
     

Meublés: investir avec prudence dans les résidences de tourisme

·2 min de lecture

Quelques bonnes affaires en vue, mais les pièges sont nombreux dans ce secteur en difficulté. Prix, fiscalité, baux… Il faut se faire accompagner pour ne pas plonger.

Boostés à coups d', les investissements dans les résidences de tourisme à la mer ou à la montagne ont fait le bonheur des promoteurs et des exploitants. Mais ce modèle a malmené les particuliers, qui tablaient sur un investissement assorti d'un loyer garanti. Depuis 10 ans, les accidents d'exploitants se multiplient. Et la situation s'est profondément aggravée avec la crise sanitaire. Appart City a été placé en sauvegarde judiciaire, tandis que avec les investisseurs privés. Mais d'audacieux particuliers peuvent-ils saisir des opportunités dans ce secteur sinistré? "Oui, mais à condition de choisir un bon emplacement, de ne pas surpayer son achat et de vérifier la qualité du locataire-exploitant qui signe le bail commercial avec l'investisseur", répond Jérôme Rusak, président de L&A Finance. De plus, si le bien est financé à crédit, mieux vaut conserver des liquidités en trésorerie, car le rendement est devenu aléatoire. Le prix est déterminant.

Neuf ou ancien

Dans le neuf, le logement risque d'être surpayé du fait des fonds de concours : avant la montée en puissance d'une résidence, l'exploitant, souvent une filiale du promoteur, reçoit de ce dernier des loyers sur deux ou trois ans. Histoire d'honorer le bail commercial. Quant à l'espoir d'une plus-value comptable dans le cadre d'un statut de (LMNP) autorisant les amortissements, elle dépendra surtout du prix d'achat. Les affaires sont plutôt à dénicher sur le marché de l'ancien. Parmi les annonces en ligne ou chez des spécialistes comme Revenu Pierre ou LB2S, le ticket d'entrée démarre à 50.000 euros pour un rendement d'au moins 5%. "Il faut vérifier si les loyers sont bien réglés, décortiquer le bail commercial, ne pas se contenter d'une visite virtuelle de la résidence, comparer le prix demandé avec celui du marché local et bien faire attention à la TVA", analyse maître Benjamin Cabagno, avocat au cabinet Choisez.

Pister l'historique du bien

Pour rappel, lors de l'achat du bien neuf, le fisc a remboursé au pr[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi