La bourse ferme dans 2 h 35 min
  • CAC 40

    6 717,77
    +48,80 (+0,73 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 959,37
    +24,93 (+0,63 %)
     
  • Dow Jones

    33 852,53
    +3,07 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0370
    +0,0035 (+0,34 %)
     
  • Gold future

    1 758,20
    +9,80 (+0,56 %)
     
  • BTC-EUR

    16 223,86
    +267,06 (+1,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    399,11
    +10,39 (+2,67 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,03
    +2,83 (+3,62 %)
     
  • DAX

    14 387,50
    +32,05 (+0,22 %)
     
  • FTSE 100

    7 581,04
    +69,04 (+0,92 %)
     
  • Nasdaq

    10 983,78
    -65,72 (-0,59 %)
     
  • S&P 500

    3 957,63
    -6,31 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    27 968,99
    -58,85 (-0,21 %)
     
  • HANG SENG

    18 597,23
    +392,55 (+2,16 %)
     
  • GBP/USD

    1,2001
    +0,0051 (+0,43 %)
     

#MeToo: depuis cinq ans, la parole s'est libérée mais les réponses restent insuffisantes

TBWACorporate/Fondation des femmes

Il y a 5 ans, le scandale Weinstein à Hollywood et les témoignages de femmes anonymes qui se sont multipliés sur les réseaux sociaux ont sidéré l’opinion. Au-delà de la médiatisation, les réponses apportées aux femmes victimes d’agressions sexuelles reste insuffisantes.

Lever 500.000 euros pour soutenir les associations qui aident les femmes victimes d’agression sexuelle, en attendant qu’un jour, l’Etat prenne réellement le relais et augmente le budget consacré à cette cause: c’est l’objectif de la campagne #PlusJamaisSeule que lance la Fondation des femmes. Sa présidente, Anne-Cécile Mailfert, et sa marraine, Julie Gayet, ont réuni les entreprises mécènes le mardi 4 octobre et lancent leur appel au grand public ce mercredi, jour anniversaire du mouvement #MeToo. Une lame de fond qui a libéré la parole des femmes, de la côte ouest des Etats-Unis jusqu’en France, sans pour autant que leur voix soit toujours entendue: si la médiatisation est considérable, les réponses apportées par les institutions, notamment par la police et par la justice, ne sont pas à la hauteur.

"Un mouvement massif dans la société française"

Quand, en octobre 2017, des actrices de Hollywood s’insurgent contre les agressions sexuelles commises par le producteur Harvey Weinstein – c’est de leurs conditions de travail qu’il s’agit - personne n’imagine qu’au travers les réseaux sociaux, de nombreuses femmes de toutes les couches de la société témoigneront du fait qu’elles aussi - # MeToo – ont été agressées, victimes de violences sexuelles. Souvent par un collègue, un patron, ou encore un entraîneur, comme en témoignera la patineuse Sarah Abitbol dans son livre, Un si long silence. A la cérémonie des César 2020, des actrices françaises prennent le relais, à la suite d’Adèle Haenel et de l’équipe du film de Céline Sciamma, Portrait de la jeune fille en feu. Elles quittent bruyamment la salle à l’annonce du prix décerné à Roman Polanski, réalisateur visé, depuis les années 1970, par des plaintes pour viol.

Que s’est-il passé en France pendant ces cinq années? "Il y a eu un mouvement massif dans la société française", estime Anne-Cécile Mailfert. Le sujet, longtemps resté tabou, a fait l’objet d’une déferlante de témoignages concernant les milieux professionnels, en[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi