La bourse est fermée

Des mesures de "dégrèvement fiscal" pour les commerces les plus touchés par la grève

1 / 2

Taxe GAFA: la France a fait des "propositions" aux Etats-Unis pour trouver un "compromis"

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé mercredi que les commerçants les plus touchés par la grève dans les transports depuis plus d'un mois, à Paris et en Ile-de-France majoritairement, bénéficieraient au cas par cas "de dégrèvement fiscal".

"S'il devait y avoir un commerce en grande difficulté, au-delà des mesures classiques que nous avons prises d'étalement des charges fiscales et sociales ou de chômage partiel (...), nous sommes prêts à envisager des mesures exceptionnelles de dégrèvement fiscal", a-t-il affirmé en lançant les soldes d'hiver aux Galeries Lafayette à Paris.

Ces mesures s'adresseraient à ceux dont le chiffre d'affaires "s'effondrerait totalement, qui rencontreraient des problèmes de trésorerie et qui seraient sur le point de mettre la clef sous la porte", a-t-il insisté.

"Aucun commerce ne doit fermer"

Dans un communiqué vendredi, l'Alliance du commerce, qui représente 27.000 magasins dans le secteur de l'habillement et de la chaussure, avait réclamé "la mise en place d'un abattement automatique de charges sociales pour les commerces impactés depuis le 5 décembre et pour toute la durée du mouvement".

"Aucun commerce ne doit fermer en raison des mouvements de grève", a répété Bruno Le Maire devant les journalistes, après avoir fait un rapide tour des rayons du grand magasin.

"On sait qu'il y a des commerces qui ont de grandes difficultés, notamment dans l'hôtellerie-restauration, ainsi que les...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi