La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 050,00
    -150,67 (-0,44 %)
     
  • Nasdaq

    13 892,61
    -159,73 (-1,14 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,2038
    +0,0058 (+0,48 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • BTC-EUR

    46 235,35
    -252,60 (-0,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 258,48
    -40,48 (-3,12 %)
     
  • S&P 500

    4 159,17
    -26,30 (-0,63 %)
     

Mesures anti-Covid: qui a perdu?

·2 min de lecture

EDITO - Le philosophe André Comte-Sponville souligne que ce sont les jeunes et les pauvres qui souffrent le plus des dernières mesures décidées par Emmanuel Macron.

Les médecins ont-ils gagné ? Pas complétement, . Mais la vraie question est celle-ci : qui a perdu ? Macron ? Ce ne serait pas grave, et ce n’est pas sûr. On peut juger aussi bien qu’il a réussi une espèce d’ "en même temps" particulièrement difficile : tenir compte à la fois de la pression des réanimateurs, de la situation économique du pays et de la lassitude des Français, ! Non, ceux qui ont perdu, ce sont – j’ai envie de dire : comme d’habitude, depuis 13 mois – les jeunes et les pauvres. Les jeunes, puisqu’on ferme écoles, collèges et lycées, puisqu’on condamne les étudiants au "distanciel" et à l’isolement, puisque les jeunes adultes ont de plus en plus de mal à trouver du travail, puisqu’on les empêche de sortir le soir, de se regrouper, de danser, de faire la fête, enfin de jouir de leur jeunesse et de la liberté. Et les pauvres, puisque ce pseudo-confinement va à nouveau peser, et lourdement, sur une économie qui était en train de repartir.

Sacrifier l’économie, c’est sacrifier les pauvres

Lors du premier confinement, beaucoup d’intellectuels s’étaient réjouis : "C’est la première fois, disaient-ils, qu’on sacrifie l’économie à la santé !" Ils avaient raison sur le constat, mais tort de s’en réjouir. Sacrifier l’économie, c’est sacrifier les pauvres. Les riches, eux, s’en sortent toujours, et on ne cesse de le voir : la plupart des milliardaires, de par le monde, . Et la plupart des pauvres, plus pauvres. Un million de nouveaux pauvres en France. 150 millions dans le monde. A cause de la pandémie ? Guère. Mais à cause des mesures prises pour la combattre, à commencer par le confinement quasi planétaire du printemps 2020. M’en voudra-t-on si j’ai du mal à y voir une victoire de l’humanisme ?

Faut-il alors condamner ? Sincèrement, je n’en sais rien. Qu’il tienne compte de la situation dans les services de réanimation et plus généralement à l’hôpital (ou de multiples opérations sont reportées, parfois pour la seconde fois), nul ne peut le lui reprocher. Puis [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi