La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 143,00
    -58,14 (-0,81 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 272,19
    -43,71 (-1,01 %)
     
  • Dow Jones

    35 911,81
    -201,81 (-0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,1416
    -0,0044 (-0,39 %)
     
  • Gold future

    1 817,30
    -4,10 (-0,23 %)
     
  • BTC-EUR

    37 784,96
    -189,45 (-0,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 037,76
    +12,02 (+1,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,27
    +2,15 (+2,62 %)
     
  • DAX

    15 883,24
    -148,35 (-0,93 %)
     
  • FTSE 100

    7 542,95
    -20,90 (-0,28 %)
     
  • Nasdaq

    14 893,75
    +86,94 (+0,59 %)
     
  • S&P 500

    4 662,85
    +3,82 (+0,08 %)
     
  • Nikkei 225

    28 124,28
    -364,85 (-1,28 %)
     
  • HANG SENG

    24 383,32
    -46,45 (-0,19 %)
     
  • GBP/USD

    1,3680
    -0,0030 (-0,22 %)
     

Mercenaires russes au Mali : quelle est la position de la France ?

·1 min de lecture

La ministre des Armées, Florence Parly, vient de rentrer du Sénégal. La sécurité en Afrique est au cœur du forum pour la paix de Dakar qui doit s’achever ce soir. Un sujet est désormais ouvertement évoqué : les rumeurs de la présence du groupe de mercenaires russes au Mali pour combattre les djihadistes et assurer la sécurité des nouvelles autorités maliennes en place. Des soldats privés du groupe Wagner qui illustrent l’entrisme de la Russie dans la sphère d’influence française en Afrique. La présence de ces mercenaires est une préoccupation majeure pour la diplomatie et les armées françaises. 

>> LIRE AUSSIPourquoi (et comment) le Mali est-il devenu un casse-tête pour l’Élysée

Les mercenaires avancent masqués

Officiellement, les mercenaires russes du groupe Wagner n'ont pas débarqué à Bamako. Du moins, pas encore. Officiellement, les mercenaires russes du groupe Wagner n’ont pas débarqué à Bamako. Car selon nos informations, les services de renseignement les soupçonnent d’avancer masquer, sous d’autres noms de sociétés hybrides, des entreprises de maintenance ou de logistique. A en croire une porte-parole de l’Union européenne, le groupe russe serait implanté dans 23 pays africains. C’est dire l’étendue de son action. 

Les précédents en Libye ou au Mozambique ont laissé des traces. En Centrafrique surtout, comme l’a rappelé ici à Dakar, la ministre des armées, Florence Parly : "Si la France et ses partenaires s’opposent à Wagner, c’est qu’ils ont vu en République c...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles