Marchés français ouverture 3 h 54 min
  • Dow Jones

    29 823,92
    +185,32 (+0,63 %)
     
  • Nasdaq

    12 355,11
    +156,41 (+1,28 %)
     
  • Nikkei 225

    26 795,83
    +8,29 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,2086
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    26 553,09
    -14,59 (-0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    15 466,75
    -21,39 (-0,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    365,99
    -13,87 (-3,65 %)
     
  • S&P 500

    3 662,45
    +40,82 (+1,13 %)
     

Mercedes explique pourquoi avoir forcé Bottas à prendre les durs

Fabien Gaillard
·2 min de lecture

Au 40e tours du Grand Prix du Portugal, Lewis Hamilton, leader avec une dizaine de secondes d'avance sur Valtteri Bottas, s'est arrêté pour échanger ses pneus mediums du départ contre des pneus durs pour terminer la course. Le Finlandais, devant s'arrêter un tour après, a tenté de négocier pour ne pas être aligné sur la même stratégie et donc essayer de bénéficier d'un avantage en rythme grâce aux pneus tendres.

Mais cette discussion a tourné court et le Finlandais est ressorti des stands en gommes dures lui aussi, terminant finalement à 25 secondes de son sextuple Champion du monde d'équipier. Interrogé sur la rigidité de Mercedes sur le sujet, le directeur exécutif de l'écurie allemande, Toto Wolff, a expliqué que séparer les stratégies aurait été difficile à justifier dans le cadre du déroulé de la course : "Nous l'avons parfois fait, mais c'est toujours une situation délicate."

Lire aussi :

Les notes du Grand Prix du Portugal 2020 En images - Le jour où Hamilton a dépassé Schumacher

"Si vous demandez au pilote qui mène de mettre les durs parce que vous croyez qu'il s'agit du bon choix, et qu'ensuite le second pilote commence à vous convaincre du contraire, il est très difficile d'expliquer que vous avez inversé les voitures, en gros. Nous ne voulons pas trop interférer, et il y aura des situations dans lesquelles nous autoriserons ces décisions."

Concernant le choix des pneus durs en lui-même, Wolff explique que les données récoltées à ce stade de la course mais également le comportement des pneus tendres en fin de Grand Prix pour les pilotes qui en avaient fait le choix ont montré que la décision était la bonne. "Nous étions plutôt convaincus que les durs étaient les meilleurs pneus."

"Toutes les données vues sur les voitures en piste ont permis de constater que le dur était plus performant que le medium et le tendre. Quand vous voyez Checo [Sergio Pérez] et Esteban [Ocon] à la fin, le tendre n'a pas du tout fonctionné. C'était en fait le pneu le plus faible à la fin de la course. Nous avons pris une décision assez robuste, car nous nous attendions à ce que [le dur] soit le meilleur pneu."