La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 570,19
    -52,40 (-0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 130,84
    -39,03 (-0,94 %)
     
  • Dow Jones

    34 584,88
    -166,44 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1732
    -0,0040 (-0,34 %)
     
  • Gold future

    1 753,90
    -2,80 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    40 813,08
    -41,77 (-0,10 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 193,48
    -32,05 (-2,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,96
    -0,65 (-0,90 %)
     
  • DAX

    15 490,17
    -161,58 (-1,03 %)
     
  • FTSE 100

    6 963,64
    -63,84 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    15 043,97
    -137,96 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    4 432,99
    -40,76 (-0,91 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,71 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 920,76
    +252,91 (+1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,3737
    -0,0059 (-0,43 %)
     

Qui est Menna Rawlings, la nouvelle ambassadrice du Royaume Uni à Paris, et première femme à ce poste?

·2 min de lecture

Menna Rawlings vient de s'installer à Paris pour occuper le poste d'ambassadeur du Royaume Uni. C'est la première femme à ce poste et la première à arriver depuis le Brexit. Une gageure pour cette quinquagénaire qui a fait carrière dans le nouveau monde. Portrait d'une diplomate qui se présente comme optimiste, dynamique et opiniâtre.

Elle est la première ambassadrice post-Brexit. Elle est aussi la première femme, après 36 hommes et plus de deux siècles, à diriger la chancellerie britannique à Paris. Menna Rawlings, 53 ans, est arrivée fin août en France. Avec une voiture pleine à craquer, "son vieux chien et ses sachets de thé ", comme elle l’a fait savoir sur Twitter, photo à l’appui.

Diplomate de carrière, cette mère de trois grands enfants n’a pas encore présenté ses lettres de créances au président de la République, mais elle a entamé son immersion dans son nouveau poste. Elle a déjà rencontré la ministre des Armées donné ses premières interviews et s’est rendue gare du Nord, au terminal d’Eurostar, puis à Calais ainsi qu’à Dunkerque. "J’ai commencé à travailler étroitement avec le gouvernement français sur la situation en Afghanistan et sur la lutte contre l’immigration irrégulière dans la Manche", explique-t-elle, dans un français fluide. Elle souhaite qu’on l’appelle "ambassadrice", comme le préconise l’Académie française, précise-t-elle.

Accueillie par des messages critiques

Sitôt installée "dans le fauteuil de Wellington, où, dit-elle, on sent le poids de l’Histoire", elle s’est présentée sur les réseaux sociaux, tweetant, tout sourire: "bonjour à tous, je suis la nouvelle ambassadrice britannique en France". Les réponses et commentaires n’ont pas tous été des messages de bienvenue. Parmi les plus critiques, celui de l’historien et maître de conférences à la Sorbonne Nicolas Offenstadt qui, fustigeant "la honte du ", a attaqué: "votre pays a détruit une construction de paix, une relation qui n’était pas parfaite, mais qui avait essayé de dépasser les égoïsmes nationaux".

Après des années compliquées où le Brexit a empoiso[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles