La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,16 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1925
    -0,0054 (-0,45 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    40 553,95
    +626,30 (+1,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,68 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3827
    -0,0067 (-0,48 %)
     

Menacée par le covid et le réchauffement climatique, la montagne se réinvente

·2 min de lecture

Déjà fragilisées par le réchauffement climatique, les stations françaises réalisent, avec l'épidémie de Covid, qu'elles doivent changer. Pour un tourisme plus vert et moins intensif. Mais surtout beaucoup plus vite que prévu.

Il y a deux catégories de personnes dans les stations de montagne : ceux qui parlent « d'une saison blanche » et ceux qui se désolent de vivre « une période noire ». Noir ou blanc, une chose est sûre, avec des remontées mécaniques à l'arrêt, et après un exercice 2020 déjà tronqué en raison du premier confinement, l'économie de la montagne est exsangue. Certes, nombre de vacanciers sont au rendez-vous. Ils font des promenades en raquettes, du ski de randonnée, mais économiquement, c'est une goutte d'eau en comparaison avec les énormes ventes générées par les forfaits. Le secteur de l'or blanc qui pèse 10 milliards d'euros, toutes activités confondues (commerce, tourisme, transports, restauration...), est totalement dépendant des remontées mécaniques.

Véritables machines à sous, les tire-fesses, télésièges et téléphériques créent d'ordinaire 18 000 emplois directs (120 000 indirects) chaque année en attirant 10 millions de visiteurs dans les stations. « Les vacanciers considèrent parfois qu'ils paient leur forfait trop cher, mais ils ne savent pas que ce prix couvre toute une palette de services, d'investissements lourds et de dépenses de sécurité », explique Yariv Abehsera, le PDG du tour-opérateur spécialisé Travelski. Les familles y consacrent 16 % de leur budget de vacances en moyenne. C'est leur deuxième dépense à la neige, derrière le logement (29 %), mais devant les courses (15 %) et la location des skis (5 %). « Un euro dépensé dans les remontées mécaniques engendre six euros de dépenses en station », souligne Alexandre Maulin, le président de Domaines skiables de France. Historiquement, l'autre moteur économique de l'or blanc français, c'est l'immobilier. Mais les pressions écolos et la pénurie de terrains constructibles ont freiné les projets depuis quelques années déjà.

Le spectacle est saisissant à Val-d'Isère. On n'entend plus le ronronnement des remonte-pentes ni les claquements des ressorts des téléskis. Mais le calme n'est qu'apparent. En raison du red[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi