La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 766,37
    +89,50 (+1,58 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 321,80
    +42,76 (+1,30 %)
     
  • Dow Jones

    29 295,97
    +70,36 (+0,24 %)
     
  • EUR/USD

    0,9800
    -0,0019 (-0,20 %)
     
  • Gold future

    1 682,50
    +13,90 (+0,83 %)
     
  • BTC-EUR

    20 470,48
    +655,98 (+3,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    456,71
    +13,28 (+3,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,38
    -0,85 (-1,05 %)
     
  • DAX

    12 127,60
    +152,05 (+1,27 %)
     
  • FTSE 100

    6 905,40
    +23,81 (+0,35 %)
     
  • Nasdaq

    10 843,06
    +105,55 (+0,98 %)
     
  • S&P 500

    3 662,03
    +21,56 (+0,59 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1157
    +0,0033 (+0,30 %)
     

Meilleure ville étudiante : Strasbourg tutoie Rennes et Toulouse

Pont des Catalans à Toulouse, 1er septembre 2022.

Le magazine L’Étudiant a dévoilé le palmarès des villes de France où il fait bon étudier, selon cinq critères : formation, vie étudiante, attractivité, cadre de vie et emploi.

ÉTUDES - Le classement 2022-2023 des villes préférées des étudiants est là. La ville de Toulouse est en tête du palmarès, pour la cinquième année d’affilée. Si les étudiants louent « l’ambiance chaleureuse » et « la bonne humeur des sudistes », la ville peut aussi compter sur une offre de formation dense et de nombreuses classes préparatoires et grandes écoles.

Sur le podium, on retrouve ensuite Rennes, qui se maintient en seconde place avec ses 20 % d’étudiants et deux bémols : le climat et la faible part d’étudiants internationaux. En troisième place ex aequo, Montpellier et Strasbourg n’attirent pas pour les mêmes raisons.

La première, avec ses 2 772 heures de soleil en 2022, est la deuxième ville la plus ensoleillée de France et est plébiscitée notamment par les étudiants en santé. La seconde, qui fait son entrée dans le top du classement cette année, est louée entre autres pour son accessibilité et la possibilité de tout faire à pied et à vélo.

Hausse des loyers généralisée

On retrouve ensuite Grenoble et Lyon. Paris n’arrive qu’à la 9e position, comme l’année dernière, derrière Nantes et devant Poitiers. Malgré sa vie culturelle très riche, le prix des loyers reste le gros point noir de la capitale, avec 849 euros pour un studio dans Paris intra-muros en moyenne. C’est la ville la plus chère du classement.

Selon l’étude, la hausse des loyers est généralisée : sur les 45 communes observées, seulement 13 affichent des loyers moyens inférieurs à 400 euros pour un studio. Lyon et Lille sont les deux villes où l’augmentation des loyers est la plus importante par rapport à l’an dernier.

Pour réaliser cette étude, L’Étudiant a évalué pour la seizième fois 45 villes universitaires de plus de 8 000 étudiants. Plusieurs indicateurs ont été pris en compte : une offre de formation qualitative et suffisamment diversifiée, des logements disponibles et abordables, un réseau de transports en commun efficace et peu onéreux, un programme culturel riche et varié, un marché de l’emploi important et dynamique et une ville attractive pour les étudiants Européens du programme Erasmus.

VIDÉO - Logement étudiant : top 10 des grandes villes de France où les loyers des studios sont les moins chers