La bourse est fermée
  • Dow Jones

    32 804,17
    +0,70 (+0,00 %)
     
  • Nasdaq

    12 639,45
    -18,10 (-0,14 %)
     
  • Nikkei 225

    28 249,24
    +73,37 (+0,26 %)
     
  • EUR/USD

    1,0205
    +0,0018 (+0,17 %)
     
  • HANG SENG

    20 045,77
    -156,17 (-0,77 %)
     
  • BTC-EUR

    23 430,51
    +625,29 (+2,74 %)
     
  • CMC Crypto 200

    556,56
    +13,69 (+2,52 %)
     
  • S&P 500

    4 137,40
    -7,79 (-0,19 %)
     

Meeting d'Éric Zemmour: l'homme accusé de l'avoir agressé est encarté chez LR

·2 min de lecture
Eric Zemmour, candidat à la présidentielle, lors de son meeting de campagne, le 5 décembre 2021 à Villepinte, près de Paris - JULIEN DE ROSA © 2019 AFP
Eric Zemmour, candidat à la présidentielle, lors de son meeting de campagne, le 5 décembre 2021 à Villepinte, près de Paris - JULIEN DE ROSA © 2019 AFP

Deux jours après les faits, on en sait désormais un peu plus sur l'homme qui a agressé Éric Zemmour dimanche en marge de son premier meeting en tant que candidat, à Villepinte, en Seine-Saint-Denis. Selon une confirmation obtenue par BFMTV auprès des Républicains, ce dernier est encarté à LR depuis novembre de cette année.

Déféré

En ce qui concerne l'enquête, un communiqué de presse du procureur de la République de Bobigny indique ce mardi en début de soirée que la garde à vue du suspect a été prolongée pour violences commises avec préméditation. Le suspect est également déféré au tribunal de Bobigny et sera présenté au juge d'instruction ce mercredi.

L'ouverture d'une information sera requise à son encontre du chef de violences volontaires ayant entraîné une ITT supérieure à huit jours, faits ayant été commis avec préméditation, en état de récidive légale. En outre, son placement sous contrôle judiciaire sera requis, avec interdiction d'entrer en contact avec Éric Zemmour, ainsi que l'interdiction de détenir ou porter une arme.

Selon une source policière à BFMTV, l'homme est connu pour des faits de droit commun.

Enquête en cours

Une enquête avait été ouverte par le parquet de Bobigny. Elle est menée par la Sûreté départementale, qui a analysé les vidéos de l'altercation. L'entourage d'Éric Zemmour a indiqué dans la soirée de dimanche qu'il souffrait d'une blessure au poignet et s'était vu prescrire neuf jours d'interruption temporaire de travail (ITT) après avoir été agrippé par l'homme, aussitôt exfiltré puis interpellé par la police.

Après une série d'interventions de soutiens à la tribune, Éric Zemmour est arrivé dans la salle vers 17h30. Au milieu de la foule, un individu l'a empoigné. L'homme a été aussitôt exfiltré, selon l'équipe d'Éric Zemmour, puis interpellé par la police.

Une ITT (incapacité totale de travail) supérieure à 8 jours peut valoir en cas de condamnation par la justice une peine allant jusqu'à 3 ans d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende, selon le ministère de l'Intérieur.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles