La bourse ferme dans 50 min
  • CAC 40

    6 262,90
    +52,35 (+0,84 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 008,81
    +32,40 (+0,81 %)
     
  • Dow Jones

    34 018,05
    -119,26 (-0,35 %)
     
  • EUR/USD

    1,2016
    -0,0023 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 784,40
    -8,70 (-0,49 %)
     
  • BTC-EUR

    45 517,80
    -1 085,20 (-2,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 275,34
    +32,29 (+2,60 %)
     
  • Pétrole WTI

    60,84
    -0,51 (-0,83 %)
     
  • DAX

    15 289,27
    +93,30 (+0,61 %)
     
  • FTSE 100

    6 916,95
    +21,66 (+0,31 %)
     
  • Nasdaq

    13 977,33
    +27,12 (+0,19 %)
     
  • S&P 500

    4 170,39
    -3,03 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    29 188,17
    +679,62 (+2,38 %)
     
  • HANG SENG

    28 755,34
    +133,42 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3838
    -0,0094 (-0,68 %)
     

Mediapart révèle une cinquantaine de cas de militaires néonazis dans l'armée française

·1 min de lecture

Des sympathisants néo-nazis sont débusqués dans les rangs de l'armée française. Une nouvelle enquête de Mediapart porte sur une cinquantaine de militaires. Ces derniers ne cherchaient pas vraiment à dissimuler leurs convictions : ils affichaient des croix gammées sur le frigidaire d'une caserne, réalisaient des saluts nazis ou encore posaient devant des drapeau du IIIe Reich dans des musées.

>> A LIRE AUSSILa Préfecture répond à l'indignation suscitée par le tatouage d'un policier, jugé néo-nazi

Toutes les photos, postées sur les réseaux sociaux, sont publiques et Mediapart pointe ainsi 50 militaires, principalement issus de la légion étrangère. Mais d'autres régiments sont visés. Tous sont en contact les uns avec les autres, selon le média en ligne.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Aucun dispositif de détection n'est infaillible"

Cette filière neonazie est prise très au sérieux par le ministère des Armées, mais son porte-parole Hervé Grandjean évoque des difficultés à "cribler" les personnes recrutées. "Un travail extrêmement minutieux est fait mais aucun dispositif de détection n'est infaillible", concède-t-il. "Effectivement, en l'état, six à sept cas étaient inconnus de nos services."

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Po...


Lire la suite sur Europe1