Marchés français ouverture 51 min
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,20 (+1,85 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,65 (+1,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 743,25
    -121,07 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1899
    -0,0026 (-0,21 %)
     
  • HANG SENG

    28 658,45
    -439,84 (-1,51 %)
     
  • BTC-EUR

    42 357,48
    +663,39 (+1,59 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 019,92
    +76,74 (+8,14 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     

McLaren Artura : la révolution du CO2 parmi les supercars

·2 min de lecture

NOUVEAUTE – A première vue, l’Artura ressemble à n’importe quelle autre McLaren. Mais ce modèle appelé à être le plus vendu de la marque cache une révolution : c’est la seule supercar hybride rechargeable. Elle promet de limiter ses émissions de CO2 en se montrant plus performante que la 570 S qu’elle remplace.

Certes, des sportives hybrides rechargeables, il y en a eu avant la McLaren Artura. Et même au plus haut niveau. On pense à ce que certains ont surnommé la "Sainte Trinité des hypercars hybrides", apparue en 2013 avec le lancement presque simultané des McLaren P1, Porsche 918 Spyder et LaFerrari. Mais il s’agissait là de modèles très exclusifs, produits en série limitée à quelques centaines d’exemplaires. Un cran en-dessous, la BMW i8 a tenté de jouer les GT futuristes l’année suivante. Mais avec "seulement" 374 ch et un petit trois-cylindres, difficile de parler de véritable pur-sang. Si bien que Ferrari a finalement bousculé le marché avec sa lancée en 2019. Avec 1.000 ch et un tarif de base de 443.513 €, cette supercar hybride rechargeable s’adresse toujours à une élite.

Si la McLaren Artura apparaît comme une révolution, c’est qu’elle devrait s’afficher à un tarif environ deux fois inférieur à la Ferrari SF90 Stradale. Elle s’inscrit dans une catégorie où il n’existe pas de modèle hybride rechargeable : sa rivale la se contente d’une électrification plus simple… Qui n’a aucun effet sur les émissions de CO2 ou presque. Car c’est là que se situe la vraie rupture : avec une moyenne sur cycle de 129 g/km, la McLaren Artura échappe au malus maximal qui affecte la quasi-totalité des ses rivales. En France, cela compte : le montant de l’éco-taxe atteindra pour les modèles les plus émetteurs. Voilà un avantage concurrentiel pour la britannique, face à des rivales qui se nomment Porsche 911 Turbo S, Ferrari Roma ou encore Lamborghini Huracan.

Un poids contenu malgré l'hybride rechargeable

Si, jusqu’ici, les constructeurs de supercars se sont passés de l’hybridation rechargeable, c’est pour plusieurs raisons. La première concerne le poids, lié à celui de la batterie, ce qui dégrade les performances et le comportement routier. Avec 1.498 kg selon la norme DIN, la McLaren Artura parvient à bien limiter les dégâts : elle ne pèse que 46 kg de plus que la 570 S qu’elle remp[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi