Marchés français ouverture 4 h 22 min
  • Dow Jones

    33 823,45
    -210,22 (-0,62 %)
     
  • Nasdaq

    14 161,35
    +121,67 (+0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    29 102,68
    +84,35 (+0,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,1920
    +0,0010 (+0,08 %)
     
  • HANG SENG

    28 723,35
    +164,76 (+0,58 %)
     
  • BTC-EUR

    31 551,14
    -1 250,64 (-3,81 %)
     
  • CMC Crypto 200

    936,47
    -33,41 (-3,44 %)
     
  • S&P 500

    4 221,86
    -1,84 (-0,04 %)
     

Le MBA est-il toujours un accélérateur de carrière ?

·1 min de lecture

Même si ce diplôme n'a jamais eu autant la cote en France qu'aux Etats-Unis, il y a encore quelques années (voire quelques mois), suivre un Master of Business Administration, c'était entrer dans le cercle des «happy few» qui allaient marquer les nouvelles gouvernances d'entreprise. On – entendez, principalement les écoles proposant des MBA – le répétait à l'envi : décrocher ce titre, c'était la garantie d'obtenir des responsabilités bien plus importantes dans son job, de booster sa rémunération et d'accélérer sa carrière vers les plus hautes sphères. Mais voilà la crise sanitaire et, avec elle, l'incertitude économique sont passées par là, faisant vaciller bien des stratégies… Et la question se pose : est-il toujours aussi intéressant d'investir dans un MBA pour réinventer sa carrière ? Car, oui, se lancer dans un MBA est un investissement. Il suffit de jeter un œil sur les prix pratiqués par les écoles de commerce. Selon la réputation de l'établissement, le tarif flirte avec les 90.000 euros pour les MBA prestigieux. Le jeu en vaut-il encore la chandelle ?

A en croire les écoles, l'engouement pour les MBA ne se dément pas. «Même si on a eu quelques craintes suite au premier confinement, le nombre et la qualité des candidatures est en hausse cette année. Notamment pour notre "full time MBA" destiné aux profils avec une première expérience de cinq ou six ans, qui arrêtent de travailler pendant un an pour suivre le cursus dans le but de décrocher un meilleur poste», constate Thomas (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Plus de 800.000 chômeurs en fin de droit auront bénéficié de la prolongation d'indemnisation
Avec le télétravail, les heures supplémentaires explosent !
CDD, intérim… les secteurs qui ont le plus recours aux contrats précaires
Endettés jusqu’au cou, ces apprentis pilotes vivent un cauchemar
Télétravail : pourrez-vous refuser de revenir au bureau à partir du 9 juin ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles