Publicité
La bourse ferme dans 3 h 43 min
  • CAC 40

    8 007,32
    +25,81 (+0,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 930,07
    +15,94 (+0,32 %)
     
  • Dow Jones

    37 753,31
    -45,66 (-0,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,0676
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • Gold future

    2 397,50
    +9,10 (+0,38 %)
     
  • Bitcoin EUR

    58 740,02
    -341,45 (-0,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,23
    -0,46 (-0,56 %)
     
  • DAX

    17 769,26
    -0,76 (-0,00 %)
     
  • FTSE 100

    7 861,22
    +13,23 (+0,17 %)
     
  • Nasdaq

    15 683,37
    -181,88 (-1,15 %)
     
  • S&P 500

    5 022,21
    -29,20 (-0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    38 079,70
    +117,90 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    16 385,87
    +134,03 (+0,82 %)
     
  • GBP/USD

    1,2470
    +0,0014 (+0,11 %)
     

Mayotte : reprise de la liaison vers les Comores

Dans un arrêt consulté par l'Agence France-Presse, la chambre d'appel de Mayotte a donné raison à l'État dans sa volonté de démolir l'habitat insalubre de Talus 2, un quartier informel de la commune de Koungou (Nord-Est) où vivent une centaine de familles.  - Credit:CHAFION MADI / AFP
Dans un arrêt consulté par l'Agence France-Presse, la chambre d'appel de Mayotte a donné raison à l'État dans sa volonté de démolir l'habitat insalubre de Talus 2, un quartier informel de la commune de Koungou (Nord-Est) où vivent une centaine de familles. - Credit:CHAFION MADI / AFP

L'opération Wuambushu pourrait être relancée dans les prochains jours à Mayotte, où la justice a ouvert la voie mercredi à la destruction d'un important bidonville et la liaison maritime avec les Comores a repris, rendant à nouveau possibles les expulsions vers le proche archipel.

Dans un arrêt consulté par l'Agence France-Presse, la chambre d'appel de Mayotte a donné raison à l'État dans sa volonté de démolir l'habitat insalubre de Talus 2, un quartier informel de la commune de Koungou (Nord-Est) où vivent une centaine de familles. Le 24 avril, alors que commençait une série d'interventions de police regroupées sous le nom de Wuambushu (« reprise » en mahorais) sur cette île française de l'océan Indien, le tribunal judiciaire de Mamoudzou, saisi en urgence, avait suspendu l'évacuation du bidonville.

Le juge des référés avait estimé que la démolition des habitats visés mettrait « en péril la sécurité » des autres habitants, dont les logements seraient fragilisés. La chambre d'appel de Mayotte a infirmé mercredi cette ordonnance en jugeant qu'« en dehors de leur statut d'occupant », les requérants n'avaient « justifié d'aucun élément qui permette d'établir la réalité du droit de propriété qu'ils estiment atteint ».

PUBLICITÉ

À LIRE AUSSIGangs de préadolescents : Mayotte face à la délinquance juvénile

La reprise de la destruction « dans les prochains jours »

La chambre estime également que ce litige est de la compétence du tribunal administratif, qui avait déjà donné raiso [...] Lire la suite