La bourse ferme dans 1 h 48 min
  • CAC 40

    7 153,61
    +21,26 (+0,30 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 221,42
    +12,11 (+0,29 %)
     
  • Dow Jones

    34 134,78
    -21,91 (-0,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,0733
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 890,60
    +5,80 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    21 506,99
    -67,31 (-0,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    533,04
    -3,85 (-0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,23
    +1,09 (+1,41 %)
     
  • DAX

    15 428,34
    +107,46 (+0,70 %)
     
  • FTSE 100

    7 910,84
    +46,13 (+0,59 %)
     
  • Nasdaq

    12 078,95
    -34,83 (-0,29 %)
     
  • S&P 500

    4 154,44
    -9,56 (-0,23 %)
     
  • Nikkei 225

    27 606,46
    -79,01 (-0,29 %)
     
  • HANG SENG

    21 283,52
    -15,18 (-0,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,2078
    +0,0026 (+0,22 %)
     

Mauvaise signalisation, accident... une grande entreprise de TP mise à l'amende

PIXABAY/MabelAmber

Les faits remontent au 25 avril 2019. Un ouvrier de l’entreprise de travaux publics Colas se trouve aux abords d’un chantier de réfection de la chaussée, à la sortie de Toul (Meurthe-et-Moselle). Il est alors percuté par un automobiliste octogénaire, qui affirme ne pas avoir vu l’employé, justement chargé de signaler la présence du chantier aux automobilistes. La victime a subi un important traumatisme crânien, et en a gardé d’importantes séquelles psychologiques. Le procès de cet accident vient de se tenir à Nancy, relate L’Est Républicain. 75 000 € d’amende ont notamment été requis contre l’entreprise, en raison d’une signalisation de la zone de travaux jugée défaillante.

À la barre, outre l’automobiliste âgé aujourd’hui de 85 ans, un représentant de la société Colas est également auditionné sur les circonstances de l’accident. Au cœur des interrogations de la cour, le fait de savoir si le chantier était suffisamment indiqué aux automobilistes. Selon le procureur adjoint, cinq panneaux auraient dû être implantés à l’approche du chantier, or il n’y en avait que deux, dont l’un était couché sur le sol.

"Peut-être ont-ils été volés", suggère Me Jean Néret, avocat de la société Colas, au sujet des panneaux de signalisation manquants. L’un des panneaux, indiquant une limitation de vitesse à 50 km/h, était absent dès le départ dans les locaux de la société. Deux autres panneaux auraient bien été installés, avant de disparaitre… Une version des faits qui n’a pas convaincu le procureur (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Un nouveau record de temps passé sur les réseaux sociaux en 2022
Crypto : le bitcoin s’envole mais gare à la Fed, au Nasdaq et au choc sur l’économie, le conseil Bourse
LVMH, première entreprise du CAC 40 à valoir 400 milliards : le conseil Bourse
Schneider Electric : les salariés appelés à faire grève pour trois jours
Xavier Niel lorgnerait la fréquence de M6