La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 169,41
    +3,69 (+0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 978,84
    +1,01 (+0,03 %)
     
  • Dow Jones

    33 800,60
    +297,03 (+0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1905
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 744,10
    -14,10 (-0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    50 976,02
    +1 448,53 (+2,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 235,89
    +8,34 (+0,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    59,34
    -0,26 (-0,44 %)
     
  • DAX

    15 234,16
    +31,48 (+0,21 %)
     
  • FTSE 100

    6 915,75
    -26,47 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 900,19
    +70,88 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 128,80
    +31,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    29 768,06
    +59,08 (+0,20 %)
     
  • HANG SENG

    28 698,80
    -309,27 (-1,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,3706
    -0,0029 (-0,21 %)
     

Mathieu Faivre, la renaissance d'un pur géantiste lors d'un mois de février de folie

France tv sport
·1 min de lecture

• Grand spécialiste du slalom géant

Mathieu Faivre n’est pas ce qu’on peut appeler un skieur polyvalent. Contrairement à certains, comme Alexis Pinturault, capables de briller en technique comme en vitesse, le Niçois est mono-disciplinaire. Chaque saison il s’élance quasiment exclusivement en slalom géant, dont il est l’un des grands spécialistes depuis le début de sa carrière. Le skieur d’Isola 2000 a même remporté le titre de la spécialité en 2010 à l’âge 19 ans, aux championnats juniors organisés en France, à Chamonix. Son style est très différent de nombreux concurrents du circuit. Très sobre, il a pour habitude de ne faire aucune marque, de tailler de magnifiques courbes sans forcer, ce qui a longtemps dénoté face à des skieurs très expressifs comme l’Autrichien Marcel Hirscher ou Henrik Kristoffersen.

• Plusieurs podiums en coupe du monde

Pour son éclosion au plus haut niveau, il a fallu attendre 2017, époque où l’équipe de France était la nation la plus dense du circuit mondial en géant. Pour son premier podium, Mathieu Faivre finit deuxième, derrière Alexis Pinturault à Naeba, au Japon. Peu après, il termine troisième lors des finales à Saint-Moritz (Suisse), participant ainsi au triplé français historique, derrière le vainqueur Thomas Fanara et Alexis Pinturault.

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi