Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 295,65
    -369,37 (-0,91 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 401,80
    -54,60 (-2,22 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 188,62
    +2 798,36 (+4,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 377,15
    +46,25 (+3,48 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,39
    -2,43 (-2,93 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 752,73
    -118,49 (-0,66 %)
     
  • S&P 500

    5 512,27
    -32,32 (-0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2917
    -0,0030 (-0,23 %)
     

Massage cardiaque : ce réflexe qu’il vaut mieux éviter pour aider quelqu'un en danger

iStock / asiandelight

Au quotidien, l'assistant vocal de notre téléphone peut nous aider dans bien des situations. On peut faire appel à lui pour retrouver notre téléphone égaré, on peut programmer une alarme, lancer une musique, se renseigner sur la météo ou encore réserver une table à son restaurant préféré avec un bref coup de fil. Mais jusqu'où l'intelligence artificielle d'un smartphone peut-elle être salutaire ? Des scientifiques américains se sont demandés si notre assistant vocal pouvait s'avérer utile pour donner des instructions sur les gestes qui sauvent.

Publiée dans la revue JAMA Network Open, l'étude a été menée par des équipes du Mass General Brigham, de l'Albert Einstein College of Medicine de New York et du Boston Children's Hospital. Afin d'évaluer la qualité des instructions données par l'intelligence artificielle, les chercheurs ont posé huit questions relatives aux gestes de réanimation cardio-pulmonaire (RCP) à plusieurs assistants vocaux : Alexa d'Amazon, Siri d'Apple, Google Assistant sur Nest Mini et enfin Microsoft Cortana sur un ordinateur portable. Parmi les questions, figuraient notamment "comment pratiquer la réanimation ?" et "comment pratiquer les compressions thoraciques ?". Puis, deux médecins urgentistes ont utilisé les transcriptions pour évaluer l'exactitude des réponses.

Majoritairement, les résultats n'ont pas été favorables. Seulement 59 % des réponses des assistants vocaux contenait des informations relatives à la réanimation cardio-pulmonaire. Plus significatif (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite