La bourse est fermée
  • CAC 40

    4 594,24
    +24,57 (+0,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    2 958,21
    -1,82 (-0,06 %)
     
  • Dow Jones

    26 378,26
    -280,85 (-1,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,1651
    -0,0027 (-0,23 %)
     
  • Gold future

    1 879,30
    +11,30 (+0,60 %)
     
  • BTC-EUR

    11 594,43
    +206,56 (+1,81 %)
     
  • CMC Crypto 200

    264,03
    +0,39 (+0,15 %)
     
  • Pétrole WTI

    35,56
    -0,61 (-1,69 %)
     
  • DAX

    11 556,48
    -41,59 (-0,36 %)
     
  • FTSE 100

    5 577,27
    -4,48 (-0,08 %)
     
  • Nasdaq

    10 868,14
    -317,45 (-2,84 %)
     
  • S&P 500

    3 255,43
    -54,68 (-1,65 %)
     
  • Nikkei 225

    22 977,13
    -354,81 (-1,52 %)
     
  • HANG SENG

    24 107,42
    -479,18 (-1,95 %)
     
  • GBP/USD

    1,2955
    +0,0031 (+0,24 %)
     

Les masques vendus en supermarchés protègent (un peu) moins bien que ceux des pharmacies

·2 min de lecture

"Il ne faut pas que le masque devienne le cheval de Troie de la grande distribution", s'alarme David Abenhaim, président du groupement Pharmabest, un réseau de 95 pharmacies qui emploie en France 2 700 salariés. Le pharmacien est inquiet et dénonce la communication à outrance autour de la vente des masques chirurgicaux faite par les enseignes de supermarchés. "Dès le début de la crise, je dénonçais les campagnes de communication ou les masques donnés seulement aux possesseurs d'une carte de fidélité, comme Intermarché par exemple", explique-t-il à Business Insider France. Et il point du doigt particulièrement le groupe E.Leclerc, qui vend désormais une boîte de 50 masques chirurgicaux au prix de 4,95 euros : "Leclerc a massifié et fait les prix les plus bas, c'est ce qu'il fait le mieux sans penser que c'est un dispositif médical, donc de santé".

Car, outre cet agacement sur la communication et le prix, David Abenhaim dénonce surtout le type de masques vendus dans les rayons des supermarchés. "Le prix, bien sûr qu'il est important. Mais ce qui est important, c'est surtout ce qu'on donne au consommateur, il s'agit de matériel médical". Les masques jetables vendus dans la grande distribution sont généralement de "type I", là où les pharmaciens vendent plutôt des masques de "type II ou IIR". Le président du groupement Pharmabest enfonce le clou : "il faut quand même que le consommateur puisse faire la différence, le type I c'est le masque basique, la filtration bactérienne n'est pas totale", précise-t-il.

A lire aussi - Transparents, à LED, auto-nettoyants, connectés... à quoi ressembleront les masques de demain ?

Mais alors, est-ce que les masques jetables de type I, vendus dans les supermarchés sont-ils pour autant dangereux pour la santé ? Nous avons posé la question à l'AFNOR, l'Association française de normalisation, qui est chargée de coordonner l'élaboration des normes et de faciliter leur utilisation afin de protéger au maximum les consommateurs. "Il n'y a pas de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Où acheter des masques transparents homologués et à quel prix ?
Action teste un nouveau type de magasin, deux fois plus grand
Le label du groupe de K-pop BTS devient un poids lourd de la Bourse coréenne à peine introduit
Decathlon ouvre un véritable magasin à l'intérieur d'un hypermarché Auchan
Porsche, Gucci, Chanel... Les 10 marques de luxe les mieux valorisées au monde