La bourse est fermée

Que risquent ceux qui jettent leur masque sur la voie publique ?

Masque jeté sur la voie publique : que dit la loi ?

Depuis le 11 mai, date du déconfinement, de nombreux masques et gants usagés jonchent le sol ici ou là. Que prévoit la loi si vous êtes pris sur le fait ? 

C’est la mauvaise surprise de ce déconfinement. Sur les trottoirs, les plages, les bords de routes, les masques et gants sont les nouveaux déchets qui fleurissent partout. "Sachant que plus de 2 milliards de masques jetables ont été commandés, bientôt il risque d'y avoir plus de masques que de méduses dans les eaux de la Méditerranée…!", a déploré un plongeur dans une vidéo choc. 

Plusieurs internautes ont aussi partagé leur indignation sur les réseaux sociaux face à la multiplication des gestes d’incivilité. En plus d’être dangereux et de risquer de propager le virus, jeter son masque au sol est une catastrophe pour l’environnement. Composé de plastique, fabriqué à partir de pétrole, le masque met au moins 400 ans à se désagréger. 

68 euros d’amende 

En l’état, abandonner son masque de protection à même le sol ou tout autre détritus vous coûtera 68 euros si vous êtes pris sur le fait. C’est justement le problème : pour être en mesure de verbaliser, policiers et gendarmes doivent se trouver à proximité du contrevenant au moment où il jette son masque pour constater l’infraction. Un durcissement de la législation est actuellement à l’étude pour être plus dissuasif.

À LIRE AUSSI >> Les masques vont coûter cher aux familles

Le député (LR) des Alpes-Maritimes Éric Pauget a déposé une proposition de loi dans ce sens. Il souhaite que l'abandon de masques et de gants usagés sur la voie publique soit désormais sanctionné d'une amende de 300 euros. "Dans un territoire comme le mien, une fois sur deux ça se retrouve en mer", se désole Éric Pauget sur RTL. Pour lui, "l'acte de jeter un masque est un acte d'incivilité terrible" qui est un enjeu tant sanitaire qu'environnemental. 

En attendant, plusieurs communes veulent sensibiliser la population. La ville d’Arras, par exemple, a lancé une campagne appelant au civisme comme le rapporte La Voix du Nord. Le message est clair et audible par tous : "Ça n'a rien à faire sur le trottoir !” Apparement, pas pour tout le monde.

NOS ARTICLES SUR LE CORONAVIRUS

>> Coronavirus : j'ai testé l'application StopCovid (du moins, sa version bêta)
>>
 Coeur, intestin, rein, cerveau... Les (très) nombreux organes touchés par le coronavirus
>> 
“J’ai hâte de voir en vrai les gens avec qui je bosse" : ils racontent leur nouveau travail pendant le confinement