Marchés français ouverture 2 h 36 min
  • Dow Jones

    32 120,28
    +191,66 (+0,60 %)
     
  • Nasdaq

    11 434,74
    +170,29 (+1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    26 724,97
    +47,17 (+0,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0696
    +0,0011 (+0,11 %)
     
  • HANG SENG

    20 145,80
    -25,47 (-0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    27 897,89
    -446,49 (-1,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    661,14
    -9,86 (-1,47 %)
     
  • S&P 500

    3 978,73
    +37,25 (+0,95 %)
     

Marvin Rees, maire de Bristol: "Les maires peuvent sauver le monde"

·2 min de lecture

Le combat contre le changement climatique ou les migrations sera gagné, ou perdu, dans les villes qui abritent aujourd'hui la moitié de la population mondiale. Le point de vue de Marvin Rees, maire de Bristol.

"En 2022, la gestion des villes passera sur le devant de la scène, et l'inadéquation de la gouvernance mondiale, trop dépendante des gouvernements nationaux, éclatera. Dans la foulée de , l'échec des représentants nationaux apparaîtra en pleine lumière. Ils sont en effet incapables d'aller au-delà d'engagements fortement médiatisés pour répondre aux urgences climatique et écologique en proposant des plans clairs, mesurables, financés de manière adéquate, avec un calendrier précis pour leur réalisation.

Le combat contre le changement climatique sera gagné ou perdu dans les villes, qui abritent désormais plus de la moitié de la population mondiale. Les villes représentent environ 70% de l'énergie totale consommée et génèrent les trois-quarts des émissions globales de gaz à effet de serre. Ces proportions augmenteront à mesure que les villes s'agrandiront: on estime que 68% des hommes habiteront dans des zones urbaines en 2050.

Pourtant les villes sont en mesure de proposer des styles de vie plus durables.

Une plus grande densité d'habitat peut se traduire par une plus faible empreinte carbone. Décarboner, ne serait-ce que les transports urbains et les systèmes énergétiques, fera faire un grand pas vers le zéro émission. Et c'est souhaitable car c'est bien les habitants des grandes agglomérations qui seront les plus affectés par le changement climatique, avec les canicules et les violents orages sources de crues et d'inondations soudaines. Nous devons nous préparer à un nombre croissant de ces épisodes météorologiques extrêmes en 2022.

Ma ville, Bristol, fait partie des UK Core Cities, un réseau regroupant les onze plus vastes agglomérations urbaines britanniques. Nous représentons ensemble 20 millions d'habitants et 26% de la production économique nationale. Et pourtant le gouvernement n'a pas daigné nous demander de mettre collectivement au point un plan cohérent de décarbonation. C'est là un bon exemple de sous-performance au moment précis où l'humanité n'a aucun dr[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles