La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 783,90
    +21,20 (+1,20 %)
     
  • BTC-EUR

    41 731,73
    -8 899,32 (-17,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

Martinique : affrontements entre anti-pass sanitaire et policiers devant le CHU, trois interpellations

·1 min de lecture

Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes pour repousser des manifestants anti-pass sanitaire qui leur ont lancé des projectiles devant le CHU de Martinique. Le préfet et le directeur de l'ARS ont condamné ces violences.

La situation s'est tendue devant le CHU de Martinique vendredi. Dans l'après-midi, des affrontements ont éclaté entre des anti-pass sanitaire et des forces de l'ordre, d'après les informations de la 1ère. Les premiers, au nombre de 350 selon la police, ont lancé des projectiles sur les 80 membres des forces de l'ordre qui ont répliqué en usant du gaz lacrymogène.

Deux événements survenus un peu plus tôt seraient à l'origine de ces tensions: la tentative des policiers de libérer les entrées de l'hôpital et l'arrestation de deux syndicalistes qui s'étaient introduits dans le CHU de Fort-de-France, toujours selon la 1ère. 

Une vidéo partagée sur les réseaux sociaux montre un homme en train d'hurler alors qu'il est tenu allongé à terre par des forces de l'ordre. Au total, trois personnes ont été interpellées, et 8 policiers ont été blessés. 

Condamnation des "violences et dégradations"

Dans la soirée, le préfet de la Martinique, Stanislas Cazelles, et le directeur général de l'ARS, Jérôme Viguier, ont déclaré condamner "les violences et dégradations" qui ont eu lieu dans le CHU dans un communiqué commun.

"En cette période d'état d'urgence sanitaire tous les efforts doivent converger vers la lutte contre la propagation du virus" ont-ils écrit, avant de renouveler "leur soutien à l'encadrement du CHUM".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Italie : le passe sanitaire obligatoire pour tous les travailleurs fait débat

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles