La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 783,41
    -135,09 (-2,28 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 348,60
    -78,54 (-2,29 %)
     
  • Dow Jones

    29 590,41
    -486,27 (-1,62 %)
     
  • EUR/USD

    0,9693
    -0,0145 (-1,47 %)
     
  • Gold future

    1 651,70
    -29,40 (-1,75 %)
     
  • BTC-EUR

    19 598,37
    -212,98 (-1,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    434,61
    -9,92 (-2,23 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,43
    -4,06 (-4,86 %)
     
  • DAX

    12 284,19
    -247,44 (-1,97 %)
     
  • FTSE 100

    7 018,60
    -140,92 (-1,97 %)
     
  • Nasdaq

    10 867,93
    -198,88 (-1,80 %)
     
  • S&P 500

    3 693,23
    -64,76 (-1,72 %)
     
  • Nikkei 225

    27 153,83
    -159,30 (-0,58 %)
     
  • HANG SENG

    17 933,27
    -214,68 (-1,18 %)
     
  • GBP/USD

    1,0857
    -0,0398 (-3,54 %)
     

Marseille : un homme condamné pour avoir "louer" de faux abonnements de l'OM

Dronepicr-Flickr

C'est une sacrée escroquerie dont a été victime le grand club de football du sud de la France. L'Olympique de Marseille avait déposé plainte en janvier 2018. Le club soupçonnait une SARL exploitant un magasin de vêtements et une association de supporteurs non agréée d'avoir acheté des abonnements en masse pour la saison 2018-2019 puis de les avoir loués "match par match", en violation des conditions générales d'utilisation, relate le quotidien La Provence, le 1er septembre.

Le gérant de la société a reconnu avoir tiré de cette pratique un bénéfice estimé par les enquêteurs à 260.000 euros entre 2016 et 2019. Son salarié, un éducateur sportif, était jugé mercredi 31 août. Il s'est défendu d'avoir pris part à ce que l'avocat de l'OM, Me Thomas Callen, a qualifié de "montage particulièrement élaboré".

Pour la saison 2018-2019, ce sont 117 abonnements qui avaient été souscrits par les escrocs en utilisant, à leur insu, l'identité de personnes ayant laissé leurs coordonnées dans le magasin de vêtements. Alors que l'abonnement souscrit coûtait 170 euros pour les 22 matchs à domicile de cette saison-là, ils étaient alors "loués" entre 10 et 50 euros par rencontre. La carte d'abonnement était remise en échange d'une carte d'identité restituée à l'issue du match.

Le salarié a contesté devant les juges l'essentiel de ce qui lui était reproché, renvoyant la balle au chef d'entreprise qui l'employait. "Une bonne affaire a rencontré une mauvaise foi", a martelé Me Thomas Callen, l'avocat de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pourquoi les vendeurs indépendants de la plateforme Etsy ont créé un syndicat
CMA CGM : le groupe va consacrer 1,5 milliard d'euros pour accélérer sa décarbonation
La ministre de la Culture demande à Canal+ de rétablir les chaînes de TF1 sur son offre TNT Sat
Bourse : CAC 40, Hermès, Kering, Tesla… au programme de Momentum cette semaine
Allemagne : Thales prépare le train autonome au moyen d'un autorail rétro