Marchés français ouverture 2 h 9 min

A Marseille, la filiale européenne d’Abreos prend ses marques

latribune.fr

"Ce n'est pas fréquent qu'une entreprise américaine vienne s'installer à Marseille", souligne Sarah Nocchi, chef de projet international chez Abreos. C'est pourtant le pari qu'a fait cette entreprise californienne. À l'origine : deux pôles de compétitivité : BioCom aux Etats-Unis et Eurobiomed en France qui organisent régulièrement des échanges entre leurs adhérents. Des échanges qui permettent à Bradley Messmer, PDG d'Abreos, de rencontrer les équipes de l'Institut Paoli Calmette (IPC) à Marseille, spécialisé en cancérologie. Ils partagent alors un même constat. Si les biomédicaments ont une efficacité avérée contre des maladies graves telles que le cancer ou la sclérose en plaques, ils ont des effets très variables d'un patient à l'autre, selon la vitesse à laquelle ils se dégradent dans l'organisme. Mieux, les chiffres de l'Institut et ceux de l'entreprise sont proches : environ 30 % des patients recevraient des doses trop importantes, entraînant des effets indésirables lourds tandis que 25 % seraient sous-dosés, auquel cas l'efficacité serait faible voire nulle. Pourtant, la posologie est la même pour tous.

C'est à ce problème que tente de répondre Abreos grâce à sa technologie Veritope. Il s'agit de produire une molécule qui se lie aux anticorps des médicaments, permettant ensuite de mesurer le dosage de ceux-ci dans l'organisme. Une molécule facile à produire et peu coûteuse au regard de ce qui se fait actuellement. Mais l'autre avantage consiste en la manière dont est testé ce dosage. Il s'agirait de produire un dispositif médical semblable aux appareils mesurant la glycémie. Une goutte de sang suffirait, pour un résultat en quinze minutes au chevet du patient, sans passer par le laboratoire. Libre ensuite au médecin d'adapter le dosage ou de changer de traitement. L'innovation intéresse vivement l'Institut Paoli Calmette, si bien que le 3 octobre 2016, un partenariat est annoncé et Abreos crée sa première filiale, Abreos France. L'équipe

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr