La bourse ferme dans 5 h 45 min
  • CAC 40

    6 217,88
    -135,06 (-2,13 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 605,20
    -85,54 (-2,32 %)
     
  • Dow Jones

    31 490,07
    -1 164,52 (-3,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,0492
    +0,0026 (+0,25 %)
     
  • Gold future

    1 826,50
    +10,60 (+0,58 %)
     
  • BTC-EUR

    27 532,15
    -1 156,36 (-4,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    641,84
    -28,84 (-4,30 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,87
    -1,72 (-1,57 %)
     
  • DAX

    13 726,12
    -281,64 (-2,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 256,30
    -181,79 (-2,44 %)
     
  • Nasdaq

    11 418,15
    -566,37 (-4,73 %)
     
  • S&P 500

    3 923,68
    -165,17 (-4,04 %)
     
  • Nikkei 225

    26 402,84
    -508,36 (-1,89 %)
     
  • HANG SENG

    20 120,68
    -523,60 (-2,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2386
    +0,0044 (+0,35 %)
     

Marseille: EDF comparait devant la justice pour dégagement de polluants

Lundi 2 mai, EDF s'est défendu à la barre du tribunal correctionnel de Marseille d'avoir pollué l'étang de Berre. A l'été 2018, l'industriel a rejeté dans cette étendue d'eau salée une importante quantité d'eau douce issue de sa centrale hydro-électrique à Saint-Chamas (13).

L'exercice est pour le moins particulier pour la cour du tribunal correctionnel de Marseille. Lundi 2 mai, elle audiençait un procès dans lequel comparait pour "rejet en eau salée de substance nuisible pour le maintien ou la consommation de la faune ou de la flore". au code de l'environnement. Face à l'industriel, le groupement d'intérêt public pour la réhabilitation de l'étang de Berre (Gipreb) et le comité régional des pêches maritimes de PACA demandent des préjudices à titre économiques et écologiques.

"En juillet, le phénomène de malaïgue était déjà installé"

L'affaire remonte à l'été 2018. Cette année-là, connaît un important épisode dit de "malaïgue", ou mauvaises eaux, en occitan. Ce phénomène se caractérisant par un manque d'oxygène dans le milieu a notamment induit la mortalité de nombreuses espèces. La totalité des palourdes ont par exemple été décimées. Mais quelle est la cause de cet événement? Sans surprise, pour EDF, ce phénomène est complètement indépendant des rejets de sa centrale, qui cet été-là, furent pourtant exceptionnels. "Les premières mortalités sont intervenues avant les rejets exceptionnels. En juillet, le phénomène de malaïgue était déjà installé", défend Hervé Guillot, directeur EDF hydro Méditerranée.

Impact conséquent mais difficilement quantifiable

Préparées à cet argumentaire, les parties civiles ont convoqué deux témoins issus du milieu scientifique. Pour David Nérini, de l'institut méditerranéen océanique -qui a siégé 8 ans au conseil scientifique du Gipreb-, l'impact sur les écosystèmes des rejets en eau douce dans la lagune salée est "conséquent", même s'il est difficilement quantifiable. Mais ces rejets n'étaient pas évitables, assure EDF, du fait de travaux en amont, au niveau de la Basse Durance.

Autorisation de déviation du débit de la Durance

"Nous n'avions aucun intérêt à réaiguiller le débit vers l'étang de Berre, mais nous ne pouvions pas faire autrement", argumente Hervé Guillot. EDF dispose de toute façon d'une auto[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles