La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 965,88
    -57,92 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 136,91
    -48,06 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    34 725,47
    +564,69 (+1,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,1152
    +0,0005 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 792,30
    -2,70 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    33 776,14
    +537,11 (+1,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    863,83
    +21,37 (+2,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    87,29
    +0,68 (+0,79 %)
     
  • DAX

    15 318,95
    -205,32 (-1,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 466,07
    -88,24 (-1,17 %)
     
  • Nasdaq

    13 770,57
    +417,79 (+3,13 %)
     
  • S&P 500

    4 431,85
    +105,34 (+2,43 %)
     
  • Nikkei 225

    26 717,34
    +547,04 (+2,09 %)
     
  • HANG SENG

    23 550,08
    -256,92 (-1,08 %)
     
  • GBP/USD

    1,3401
    +0,0019 (+0,14 %)
     

La marque Renault vise désormais 100% de ventes électriques en Europe en 2030

·2 min de lecture
Les problèmes d'approvisionnement en semi-conducteurs vont se poursuivre en 2022 mais "le pire" sera au premier semestre, selon le patron du groupe Renault (AFP/Tobias SCHWARZ) (Tobias SCHWARZ)

La marque Renault vise non plus 90% mais 100% de ventes électriques en Europe en 2030, a annoncé jeudi le directeur général du groupe Renault, Luca de Meo.

"On s’est mis en tête de préparer les conditions pour que Renault soit une marque 100% électrique à horizon 2030", a indiqué M. de Meo.

La marque, fer de lance électrique du groupe, lance cette année la nouvelle Mégane, une compacte électrique équipée d'un système informatique développé avec Google, et bientôt une version moderne de sa petite Renault 5, toutes deux fabriquées dans le nord de la France.

"Dacia va suivre, et son électrification va être cohérente avec un positionnement qui nous impose de ne pas augmenter les prix", a souligné M. de Meo.

Un an après la présentation de son plan "Renaulution", Luca de Meo faisait le point avec les journalistes au Technocentre Renault de Guyancourt (Yvelines).

Le groupe prévoit de lancer entre 25 et 27 nouveaux modèles d’ici 2025. "On prépare la gamme de produits la plus compétitive des 30 dernières années", a lancé le directeur italien du Losange. "Cette année on a approuvé un projet par mois. On a fait en un an chez Renault ce qu’on aurait fait en quatre ans (auparavant). Les tiroirs étaient un peu vides".

En 2022, les problèmes d'approvisionnement en semi-conducteurs vont se poursuivre mais "le pire" sera au premier semestre, a indiqué M. de Meo. "C’est concentré sur quelques fournisseurs (...) On ne peut pas espérer que ce soit résolu à court terme".

- Alliance apaisée-

500.000 voitures n'ont pas été produites en 2021 à cause des pénuries, a confirmé le dirigeant.

Renault a cependant réussi à réduire ses coûts fixes de 2 milliards d’euros par an "avec plus d’un an d’avance" sur son plan, a souligné le DG. Le groupe a supprimé des postes, réduit le coût de développement d'un nouveau véhicule de 38%, et la diversité des pièces de 30%.

Le constructeur a étendu sa stratégie de plateformes, en concevant des SUV Lada et des Renault sur une base Dacia Duster, a expliqué par exemple le directeur de l'ingénierie du groupe, Gilles Le Borgne.

Le groupe, dont les ventes ont fortement baissé en volume, a aussi transformé sa politique commerciale: il a augmenté ses prix, vend désormais autant aux particuliers qu'aux sociétés, et a cédé une part de ses succursales.

Luca de Meo s'est également félicité d'avoir depuis son arrivée en 2020 "apaisé une relation qui était tendue" avec ses partenaires Nissan et Mitsubishi. Les membres de l'Alliance prévoient une conférence de presse commune le 27 janvier.

tsz/ico/eb

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles