Marchés français ouverture 19 min
  • Dow Jones

    31 402,01
    -559,85 (-1,75 %)
     
  • Nasdaq

    13 119,43
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • EUR/USD

    1,2134
    -0,0052 (-0,42 %)
     
  • HANG SENG

    29 074,55
    -999,62 (-3,32 %)
     
  • BTC-EUR

    36 935,61
    -4 965,78 (-11,85 %)
     
  • CMC Crypto 200

    892,34
    -40,79 (-4,37 %)
     
  • S&P 500

    3 829,34
    -96,09 (-2,45 %)
     

Marlène Schiappa s’est trouvé une nouvelle famille: la police

·2 min de lecture

La ministre chargée de la Citoyenneté auprès du ministre de l’Intérieur est fière de son bilan et jure se sentir au mieux au sein de la grande famille policière… Retrouvez les indiscrétions de la semaine de Nicolas Domenach.

Marlène Schiappa s’est trouvé une nouvelle famille: la police

Quand on lui impose un contrôle d’identité politique, Marlène Schiappa ne se trouble pas, ni ne module ou ralentit son célèbre débit mitraillette pour démontrer qu’elle est toujours fidèle à ses convictions. Qu’on se le dise, elle n’est pas "de droite" et n’est en rien "l’alibi de [son] ministre de tutelle". "Je serai partie si c’était le cas", assure-t-elle, soulignant à plaisir combien Gérald Darmanin, alors au Budget, l’avait soutenue lorsqu’elle était au secrétariat d’Etat à l’Egalité femmes-hommes. le visant? "Gérald a été innocenté", tranche-t-elle. "On est complémentaires", précise-t-elle, sans jamais paraître agacée d’une éventuelle soumission à cette tutelle masculine: "Il me laisse toute liberté de parler et d’agir." Elle est fière de son bilan, qu’elle bombarde: mobilisation accentuée des commissariats contre les violences faites aux femmes, formation des agents publics sur la laïcité, naturalisation de plus de 800 étrangers qui ont travaillé en première ligne pendant les confinements, prévention contre la délinquance et contre la radicalisation islamiste, et, bien sûr, la. Elle jure se sentir "au mieux en grande famille policière", au sein de ce ministère où l’on apprécie son "côté rock and roll".

Laurent Berger veut retrouver le sens de "la fête collective"

Le secrétaire général de la CFDT, tôt dans les couloirs de LCI, mesure certes toutes les souffrances des jours présents et à venir, mais rêve aussi d’organiser "une fête de la fraternité". Du moins quand le pire sera passé. Or, le pire est à venir selon , "si l’on n’anticipe pas, si l’on ne se prépare pas au tsunami qu’on a encore devant nous, quand la mer de l’épidémie va se retirer et qu’elle va laisser sur le carreau des femmes, des hommes, des entreprises qui ne s’en relèveront pas, si dès à présent, on n’y pense pas". Il déplore plus que tout "l’absence des relations sociales, alors que nous sommes des êtres sociaux, on n’organise m[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi